Après l’écoféminisme, Nina Santes sonde l’«engourdissement» postcolonial

Antigel/DanseEn partenariat avec l’ADC, le festival invite «République Zombie», la toute nouvelle création de la chorégraphe.

Ni mort ni vivant, le zombie de Nina Santes.

Ni mort ni vivant, le zombie de Nina Santes. Image: M. Vendassi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son «Hymen Hymne» avait tenu en haleine les festivaliers de 2018, encourageant Antigel à la reprogrammer deux ans plus tard. Voici donc revenir la marionnettiste française Nina Santes avec un nouvel opus, son cinquième en tant que chorégraphe, tout juste étrenné à Marseille en avant-première de l’officielle création genevoise.

«République Zombie» emprunte son titre à un livre de l’Américain Micha Berlinski qui retrace ses années passées en Haïti, foyer du mythe qui s’est mondialement répandu autour de cette créature de l’entre-deux, ce mort-vivant, cet hybride entre le cannibale et l’esclave. Corps errant qui ne connaît ni les frontières ni les états, le zombie inspire à la chorégraphe une réflexion sur la violence coloniale accoucheuse de pareille léthargie «à la fois grotesque et terrifiante». À partir de là, elle extrapole sur l’aliénation et la dépossession pour aboutir à une notion inventée par Roland Barthes: l’«engourdissement du temps, de l’action, du monde entier».

Nina Santes ne s’arrête pas néanmoins au constat. Avec ses trois interprètes – Betty Tchomanga, Soa de Muse et Olivier Normand –, elle cherche à exacerber l’«état zombie» et «performer des stratégies de mise en alerte», dit-elle. Car si les peurs du Nouveau-Monde ont engendré le revenant vaudou, celui-ci peut, par sa danse ancestrale et païenne, réveiller le monde contemporain de sa torpeur.

Comme pour «Hymen Hymne», l’artiste s’appuie dans ce but sur sa propre composition musicale, faite de chants gutturaux, de cris, de borborygmes, de prises de parole et de souffles divers. Entre sorcellerie et révolte, on peut être sûr que le cérémoniel saura secouer son audience. Et ressusciter de vieilles colères croupies sous le vernis de la civilisation.


«République Zombie»
ADC,
jeudi 6 et vendredi 7 février à 20h,
Plus d'informations sur: antigel.ch et adc-geneve.ch

Créé: 04.02.2020, 18h32

Articles en relation

L’ardente liturgie de Tobias Preisig

Antigel Le violoniste zurichois a fait retentir ses mélopées sombres au cœur du chantier de l’ancien manège. Plus...

Katerine, le concert qui rend moins con

Critique Vu et entendu jeudi soir à Palexpo, dans le cadre d'Antigel: deux heures de disco, d’humour salvateur et d’épanouissement sexuel. Plus...

Oona Doherty, prêtresse chamanique

Antigel / Danse Très attendue avec «Lady Magma», la chorégraphe irlandaise a laissé son public légèrement sur sa faim. Plus...

Angel Olsen, à un frisson du paradis

Festival Antigel Mardi à l’Alhambra, la chanteuse américaine s’est révélée aussi attirante qu’inaccessible. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...