ATDK, la noblesse de l’épure

InterviewL’immense chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker vient au BFM célébrer de nouvelles épousailles avec Jean-Sébastien Bach. Un avant-goût de ces «Six Concertos brandebourgeois».

«En somme, si chaque année équivaut à une minute, à 60 ans, je boucle une heure de temps!»

«En somme, si chaque année équivaut à une minute, à 60 ans, je boucle une heure de temps!» Image: ANNE VAN AERSCHOT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Atteints comme le reste de la planète par le virus que propage cette toute grande dame de la danse contemporaine, catégorie minimaliste, les Genevois ont déjà eu plusieurs occasions de s’exposer à la contagion. En 2005 au Bâtiment des Forces motrices, en 2011 au Forum Meyrin, en 2013 à la Comédie, sous l’égide de La Bâtie, puis par le même canal à Chateau-Rouge, en 2017, avec le bien-nommé pic de l’épidémie, «A Love Supreme». Une nouvelle chance s’offre à qui voudrait contracter une vision épurée du monde, cette fin de février, quand la Flamande viendra livrer les «Six Concertos brandebourgeois» qu’elle a conçus en 2018. Dans un français impeccable – et cette façon toute brabançonne de former ses voyelles –, l’efflanquée répond par téléphone à nos questions. Avant de filer reprendre sa répétition en vue du solo qu’elle peaufine sur les «Variations Goldberg» de son âme sœur des temps baroques.

Enfant, vous jouiez de la flûte traversière. Cette pratique fonde-t-elle votre lien inextricable à la musique?

Pratiquer la musique, le solfège, la flûte traversière à 8 ans n’est pas chose exceptionnelle en Flandre, où l’éducation musicale est prévue par les écoles publiques. Ce n’est qu’après avoir terminé l’École Mudra de Maurice Béjart, au moment de réaliser mes premières chorégraphies, qu’une trajectoire s’est mise en place faisant de la musique – et des danseurs – ma première partenaire. Je n’ai jamais envisagé une carrière professionnelle en musique, tandis que j’ai su dès petite que je voulais danser.

Et votre approche mathématique de la danse, où faut-il en chercher la source?

Il est vrai que la raison principale pour laquelle j’aime la danse est que je la considère comme l’abstraction incarnée. Dès ma toute première chorégraphie sur la musique de Steve Reich, «Fase», se dessinait un cercle et des motifs liés à ce cercle. Depuis, des trames géométriques sous-jacentes, visibles ou invisibles, m’ont toujours guidée dans l’organisation des mouvements, non seulement dans le temps, mais surtout dans l’espace. Hormis la musique et les danseurs, un autre élément m’a toujours fascinée au point de devenir un point de repère dans ma pratique de chorégraphe: l’observation de la nature. Je nourris une fascination pour les spirales, les mouvements circulaires, la croissance des feuilles sur les tiges, les nuées d’oiseaux, les bancs de poissons, les grands vortex à la base des phénomènes naturels. Ils constituent pour moi le point de départ des trames qui me permettent d’organiser des mouvements. Je crois que les lois mathématiques et géométriques gouvernent aussi bien la composition en peinture, en musique, qu’en danse.

Que devez-vous à Maurice Béjart, dont vous avez fréquenté l’école de 18 à 20 ans?

J’ai eu de la chance de suivre cette formation. À ce moment là, Mudra était un lieu exceptionnel, qui fonctionnait en osmose avec la compagnie Ballet du XXe siècle et Maurice Béjart lui-même, tous installés dans les mêmes locaux. Il y avait des gens de partout dans le monde. L’enseignement obéissait à une conception de l’interprète complet, avec un regard sur le monde. Mais il était clair déjà à l’époque que je voulais me frayer mon propre chemin. Je voulais faire autrement – d’où une certaine dose de contestation de ma part….

Faut-il voir dans le minimalisme un potentiel maximal d’expression? Chez vos compositeurs de prédilection, comme chez vous-même, les blocs élémentaires fondent les architectures les plus sophistiquées...

Quelque part, oui. Bien que je me garderais d’appeler Bach un compositeur minimaliste – ce terme se référant au mouvement qui a traversé les arts plastiques et la musique dans l’Amérique des années 50-60. Il est vrai cependant que la musique de Jean Sébastien Bach arrive, sur un axe aussi bien vertical qu’horizontal, à combiner un minimum de matériel pour l’exploiter d’une façon maximale et jubilatoire. Surtout à la fin de sa vie, dans «L’Art de la fugue» ou les «Variations Goldberg», Bach a montré plus que nul autre que la variation, le canon, la fugue exploitent en le maximisant un minimum de matériel, dans une grande économie de moyens.

Pour participer au collectif Tg STAN, votre sœur Jolente est également bien connue des Genevois. Vos talents sont-ils perméables l’un à l’autre?

J’ai à plusieurs reprises travaillé avec elle. Nous sommes très proches, esthétiquement et philosophiquement. Seulement, Jolente et les Tg STAN sont vraiment des gens de théâtre, fondé davantage que moi sur la parole, le mot, le texte. Donc on se croise, on partage, et en même temps, il y a un lien au texte pour elle, à la musique pour moi, qui nous reste essentiel. Ce qui ne veut pas dire que nous excluons de retravailler ensemble.

En 1996, le roi Albert II de Belgique vous fait Baronne. Vous sentez-vous à l’aise avec ce titre de noblesse?

Dans le passé, ces titres récompensaient ceux qui avaient fait la guerre ou beaucoup d’argent. Par rapport à la danse, considérée longtemps comme un strict divertissement, je me réjouis qu’elle soit anoblie. Et puis, si ma mère avait été encore en vie, elle aurait apprécié cela. Mes parents m’ont toujours soutenue, malgré la désapprobation de certains membres de leur entourage.

Vous aurez 60 ans cette année. Un cap?

C’est un beau chiffre, en tout cas. En Orient, on dit que c’est le début d’une deuxième enfance: voyons-le comme cela. C’est un chiffre qu’on peut diviser à l’aide plein d’autres. Et en somme, si chaque année a été une minute, je vais boucler une heure!


«The Six Brandenburg Concertos»
BFM du 20 au 23 février,
première suisse accueillie par le Grand Théâtre de Genève et l’Association pour la danse contemporaine,
Plus d'infos sur: gtg.ch

Créé: 15.02.2020, 13h08

Articles en relation

Bruno Beltrão fait convulser la figure du migrant

Antigel/Danse Le chorégraphe brésilien issu du hip-hop est accueilli ce jeudi au BFM avec ses dix interprètes masculins. Plus...

Édouard Hue rue ses danseurs dans la fusion des particules

Danse contemporaine Le jeune chorégraphe franco-genevois crée sa sixième pièce, «Molten», dès mardi à La Parfumerie. Plus...

Après l’écoféminisme, Nina Santes sonde l’«engourdissement» postcolonial

Antigel/Danse En partenariat avec l’ADC, le festival invite «République Zombie», la toute nouvelle création de la chorégraphe. Plus...

La danse séduit les quadras +

FEMINA Leur corps est moins souple et porte les marques de l’âge, pourtant, passé la quarantaine, elles sont de plus en plus nombreuses à chausser les demi-pointes ou à se déhancher au rythme de la samba. Une manière décomplexée de se moquer des années tout en se faisant plaisir. Plus...

Une œuvre émaillée par la musique de Bach

Entre les cinq pièces que vous avez jusqu’ici vouées à la musique de Jean-Sébastien Bach, quelle est l’évolution?

Pour commencer, il y a eu «Toccata» en 1993, avec six danseurs, qui rassemblait différentes pièces pour piano. Puis «Partita 2» vingt ans plus tard, pour violon seul, que nous interprétions en duo avec Boris Charmatz. Puis encore les six «Suites pour violoncelle», avec cinq danseurs, à l’occasion de «Mitten wir im Leben sind» en 2017. La même année, dans «Zeitigung», j’ai combiné Bach à la musique du début du XXe siècle. Avec les «Brandebourgeois», comme avec les «Suites», on aborde la composition d’un bout à l’autre. Mais c’est la première fois que je prévois un dispositif si grand, impliquant la présence de 16 danseurs et 23 musiciens, tous vêtus de noir, selon le code vestimentaire d’un orchestre. À la base, on a un danseur pour un instrument. C’est le principe, avec quelques exceptions qui viennent confirmer la règle. Cela dit, cette année 2020, je reviens au solo, que j’interprète sur les «Variations Goldberg». Ce qui persiste à chaque fois, c’est cette invitation à danser qu’on ne trouve nulle part aussi vive que chez Bach. Une ode à la vie, un élan évident, qui, tout en respectant les codes du concerto pour ce qui est des «Brandebourgeois», les innove, les transforme et les ordonne de façon extrêmement inattendue, en mettant en exergue les instruments.

Une philosophie particulière imprègne-t-elle d’après vous les «Brandebourgeois»?

Une littérature très abondante traite de l’aspect religieux dans l’œuvre de Bach. Sur l’ensemble de ses partitions, on lit d’innombrables annotations à la gloire de Dieu. Le génie de la composition, chez Jean-Sébastien Bach, était intimement lié au protestantisme. Il avait une profonde conscience de la mortalité, et du fait que l’humanité appartient à une entité qui la dépasse. Cette notion-là est omniprésente dans sa musique.

Bio express

1960 Anne Teresa De Keersmaeker naît à Malines, en Belgique. Elle suit des cours de danse dès l’âge de 10 ans.

1978 Elle poursuit sa formation à l’École Mudra de Maurice Béjart, à Bruxelles, avant de s’envoler en 1980 pour New York, où elle étudie à la Tisch School of the Arts. Elle y signe sa première création, «Asch».

1982 Sa deuxième chorégraphie, le duo «Fase», qui entre en symbiose avec la partition minimaliste de Steve Reich, déterminera la suite de sa carrière.

1983 Sa pièce «Rosas danst Rosas» inaugure la Compagnie Rosas, et obtient un succès mondial. S’ensuivront une soixantaine de titres à ce jour, sur des compositions de Bach, Mozart, Beethoven, Bartok, Reich, Schönberg, John Coltrane, des sources traditionnelles ou même le silence.

1995 De Keersmaeker fonde l’École P.A.R.T.S. (Performing Arts Research and Training Studios) à Bruxelles. On ne compte plus ses prix et distinctions.

2018 Elle crée à Berlin les «Six Concertos brandebourgeois», sa cinquième incursion chez le Cantor de Leipzig.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...