A Pitoëff, Latifa Djerbi s’engage à «défrustrer» les Genevoises d’ici la fin de l’année

ThéâtreLa compagnie Les Faiseurs de rêves occupe le plateau six semaines durant, le temps d’une création.

Après Jérôme Richer, avant Eric Salama, Latifa Djerbi et sa troupe effectuent l’une des quatre résidences annuelles à Pitoëff.

Après Jérôme Richer, avant Eric Salama, Latifa Djerbi et sa troupe effectuent l’une des quatre résidences annuelles à Pitoëff. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’auteure et comédienne Latifa Djerbi s’est installée pour la première fois lundi dans un Théâtre Pitoëff au fonctionnement entièrement repensé. A l’initiative de Sami Kanaan, le plateau sis à l’étage de la salle communale de Plainpalais n’héberge plus, depuis la rentrée de 2019, une même compagnie sur trois saisons — comme ce fut le cas récemment avec l’Utopia d’Eric Devanthéry —, mais se voit confiée à une troupe genevoise le temps d’y monter sa création, soit pour une durée de six semaines au maximum. Le Service culturel entend en effet «favoriser la diversité locale dans le domaine du théâtre et des arts du récit» en élevant le nombre des bénéficiaires à quatre par année.

Sur les talons de Jérôme Richer, premier amphitryon des lieux avec «Cœur minéral» en octobre, Latifa Djerbi est la deuxième à profiter de l’enviable écrin. C’est que la commission chapeautée par la conseillère culturelle Coré Cathoud tient à respecter une parité de genre en alternant celui des résidents. Aussi, début, janvier, Eric Salama sera le troisième hôte de l’infrastructure.

«Au terme d’une résidence d’écriture au Théâtre Benno Besson d’Yverdon, en mars dernier, mon administratrice m’a informée de la mise au concours pour cette résidence, de création cette fois, à Pitoëff», récapitule l’intéressée, enthousiaste à l’idée d’expérimenter un projet pilote qui encourage la diversité, mais permet aussi un temps de programmation long. «C’est chez toi, voici les clés, à toi et ton équipe de faire vivre cet espace jusqu’au 29 décembre», lui a-t-on lancé hier à son arrivée, après deux semaines de répétitions dans un autre lieu. Qu’un artiste anime un théâtre pendant presque un mois de représentations exige un engagement certain: entre les ateliers, le bar et l’ambiance que saura sans nul doute instaurer sa pièce, Latifa Djerbi se dit confiante de ménager «un chez soi pour toutes les personnes seules et frustrées qui viendraient pour Noël!» «Frustrée!» étant précisément le titre donné, non sans ironie, à une vaste «opération de dé-frustration collective», suite à laquelle on devrait pouvoir se libérer «du joug des modèles standardisés de féminité», assure la créatrice à deux semaines de sa première. On ira vérifier sur pièce!

Créé: 18.11.2019, 18h17

Info pratiques

«Frustrée!»

Théâtre Pitoëff, du 5 au 29 décembre, 077 527 53 44, lesfaiseursdereves.ch

Articles en relation

«Aucune famille ne peut se réduire à un cliché»

Théâtre Latifa Djerbi signe un explosif portrait de groupe «en résonance» avec le Printemps arabe. Plus...

Le théâtre subversif de Latifa Djerbi

Portrait La comédienne présente une performance décalée sur le sexisme ordinaire au Grütli dans le cadre de la Biennale du genre. Plus...

Nouvelle mission pour Pitoëff

Institutions Le théâtre n’accueillera plus de compagnies, mais des créations en résidence. Plus...

«L’enfer des pauvres pave le paradis des riches»

Théâtre Eric Devanthéry clôt sa résidence à Pitoëff sur cinq heures de Victor Hugo. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...