Les Créatives, festival des jouissances plurielles

Art et politiqueÉmancipée de la tutelle d’Onex, la manifestation achève sa mue. Au menu, concerts, danse et débats, avec un «cli-cli» géant.

Le clitoris géant, présenté en juillet à la Nuit de la science, reprend du service pour Les Créatives, en novembre à Saint-Gervais.

Le clitoris géant, présenté en juillet à la Nuit de la science, reprend du service pour Les Créatives, en novembre à Saint-Gervais. Image: Magali Girardin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le plaisir. Quel meilleur sujet pour parler de la place des femmes dans notre société? Le plaisir d’être reconnue à part entière, à égalité, pour son art, ses talents. Le plaisir toujours lorsqu’il tourne autour du clitoris, symbolisé ici par cet organe géant de sept mètres de hauteur. Présenté en juillet dernier, lors de la Nuit de la science, le «cli-cli» est de retour. Le 13 novembre au Théâtre Saint-Gervais, l’organe gonflable servira de portique pour la soirée d’ouverture des Créatives.

Neneh Cherry dans la place

Il y aura de la fête, des concerts. Il y aura du cinéma, du théâtre, des débats, pour raconter les merveilles du sexe, pour renverser les idées reçues sur le genre, des expos, du roman pour dire l’histoire des sorcières… Le sexisme au pilori, les misogynes au feu, le patriarcat avec. L’art et la politique ensemble dans un grand geste militant! Aux Créatives, du 13 au 25 novembre à Genève, également vers Lausanne, il y aura des «bandes de filles», des «local sheroes» – les artistes du cru qui se démarquent. Aux Créatives, on se demandera si la ville est plutôt masculine ou féminine, on s’interrogera sur la place des femmes dans les jeux vidéo.

Oona Doherty est Irlandaise. Pour raconter les contraintes sociales de son pays, elle chorégraphie des corps en lutte. Les Créatives l’ont invitée. Pauchi Sasaki est Péruvienne. Pour intervenir dans des lieux dénués d’électricité, cette protégée de Philip Glass a élaboré une robe constellée d’une centaine de haut-parleurs. Les Créatives lui donnent carte blanche. Neneh Cherry – qui ne connaît pas la voix brûlante de «Seven Seconds»? – est de retour au disque après des années consacrées à de discrètes collaborations. La chanteuse suédoise est la grande vedette musicale de cette 14e édition. Et puis encore Susheela Raman, Yasmine Hamdan, Anne Sylvestre, Clara Luciani pour la musique. Et les figures confirmées ou émergentes de la scène locale, Yaell Miller, Selva Nuda, Chilla côté son, Marie Caroline Hominal, la Cie Speak in Silence côté danse, Julie Gilbert, Marina Skalova, Elisa Shua Dusapin et Mona Chollet pour la littérature…

Changer les mentalités

Copieux programme que cette 14e édition. Après une impressionnante livraison 2017 portée par l’actualité du mouvement #MeToo, Les Créatives abordent un moment charnière. Parce qu’en 2018, la démarche se radicalise. «Nous ne voulons pas faire un énième festival à la mode, nous voulons aller au-delà des modes. Comment? En étant politiques!» clament les deux directrices et programmatrices Anne-Claire Adet et Dominique Rovini. «Plutôt qu’un catalogue de spectacles, nous mettons en valeur un discours. Certaines artistes à l’affiche sont ouvertement féministes, d’autres simplement féminines. L’essentiel, c’est l’inspiration qu’elles suscitent, sans dogmatisme.» Émancipée de la tutelle d’Onex, commune dont sont issues Les Créatives, la manifestation opère désormais hors-sol. Nécessité alors de trouver de nouvelles ressources financières. Nécessité aussi de rassembler ses partenaires autour de l’engagement féministe du festival, qu’il s’agisse de l’ADC, de L’Épicentre, du Mamco, du Forum Meyrin ou tant d’autres encore.

Si le fond reste le même – défendre la création artistique des femmes – l’ambition d’aller au plus large tout en défrichant constitue un axe moteur. «Des propositions pointues, susceptibles d’intéresser les personnes convaincues, il en faut toujours. Mais il est tout aussi important de capter tous les publics. Être «grand public», c’est porter plus loin le discours féministe, pour provoquer un changement de mentalité.» Ainsi que le clament Anne-Claire Adet et Dominique Rovini: «Plus les hommes et les femmes parleront du clitoris, mieux le monde se portera.»

Les Créatives Du 13 au 25 nov. Infos: lescreatives.ch (TDG)

Créé: 10.10.2018, 18h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...