Coup d’envoi à la décennie, le Grütli déclenche «Go Go Go»!

Avant premièreSalle du haut, salle du bas, gueuloir et couloirs compriment quinze propositions gratuites en trois jours «boulimiques».

«L’Absence de gouvernail», une création de Dorothée Thébert et Filippo Filliger autour de Robert Filliou.

«L’Absence de gouvernail», une création de Dorothée Thébert et Filippo Filliger autour de Robert Filliou. Image: DOROTHEE THÉBERT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On y trouve des artistes bien connus des arpenteurs de la scène genevoise comme des noms aux consonances plus énigmatiques. Sur les trois jours du marathon organisé dès jeudi par le Théâtre du Grütli se pressent aussi bien les familiers Barbara Baker, Dorothée Thébert, Isabelle Chladek et autres Yann Marussich que les Martina-Sofie Wildberger, Robin Lescouët, Jérémy Chevalier ou Jess Thom ayant encore à se faire repérer par nos radars. De même sur le plan formel, les propositions mêleront performance et installation, spectacle et film, lecture et réalité virtuelle – de quoi décontenancer le plus blasé des abonnés. «Go Go Go», donc, comme une injonction faite par le Centre de production et de diffusion des arts vivants à la fois aux jockeys et aux turfistes, sans qu’aucune monnaie n’ait à faire monter les paris.

Hormis la soirée festive de samedi, le remue-ménage annoncé présentera au minimum deux fois chaque titre. Ainsi, «Éclats d’idioties» cernera la protagoniste du roman d’Hélène Bessette, «Ida ou le délire». Avec Mélina Martin, on s’exclamera «Opa!» en grec devant la figure d’Hélène de Troie. «Scream» renseignera sur la valeur du cri humain. De Bretagne adviendront des accidents poétiques. «Qui je suis?» épousera le regard de Pasolini sur la New York de 1966. Un féru de technologie bidouillera sa vulgarisation. Un duo d’expérimentateurs triturera des échos ordinaires. Isabelle Vesseron percera l’intimité d’une jeune femme modèle, tandis que Guillaumarc Froidevaux révélera d’inavouables fantasmes masculins. Enfin, si Kayije Kagame tente de s’effacer de la scène, Simon Senn resurgit dans un avatar numérique...


«Go Go Go» Théâtre du Grütli, du 9 au 11 janvier, 022 888 44 88, www.grutli.ch

Créé: 06.01.2020, 19h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...