La collégienne Inès Bron relance une artiste genevoise un peu oubliée

Travail de maturitéÉvénement aux Grottes autour des peintures de Claire-Lise Monnier, exposées par son arrière-petite-nièce.

Inès Bron parmi les toiles de son arrière-grand-tante Claire-Lise Monnier à La Galerie.

Inès Bron parmi les toiles de son arrière-grand-tante Claire-Lise Monnier à La Galerie. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mon travail de maturité, c’est l’organisation d’une exposition», annonce Inès Bron, 18 ans, élève du Collège de Saussure. Clairement, ce n’est l’art pour l’art qui lui a fait choisir ce projet. «Je me destine à l’événementiel, j’ai donc cherché un événement à mettre sur pied. L’idée d’une exposition a surgi, car une tante de ma grand-mère peignait et beaucoup de ses tableaux sont chez nous.»

Du côté grand-maternel, l’ascendance d’Inès compte plusieurs Monnier connus. D’abord deux écrivains, Marc et Philippe, père et fils, puis la peintre Claire-Lise, fille de Philippe. Marc avait épousé en 1864 une Dufour, de Cartigny, enracinant leur descendance dans ce terroir de la Champagne genevoise.

Née à Genève en 1894, Claire-Lise Monnier est décédée en 1978 à Cartigny. «J’habite cette commune où vivait et peignait mon arrière-grand-tante. J’ai toujours vu ses tableaux chez nous. Quand j’ai parlé de mon projet à ma famille, tout le monde a applaudi. Il ne restait plus qu’à trouver l’endroit. Je suis allée me renseigner à la galerie Alexandre Mottier, au boulevard Georges-Favon, d’où je suis ressortie avec des adresses, dont une aux Grottes.»

Le responsable des expositions au sein de l’Association La Galerie est Constantin Fueg: «Je trouve le projet d’exposition d’Inès très intéressant. Il s’inscrit très bien dans notre espace. C’est la première fois que nous présentons les œuvres d’une artiste disparue, et de surcroît aussi renommée que Claire-Lise Monnier.» «Les aînés de la famille m’ont dit que La Galerie lui ressemble», ajoute Inès. La salle d’exposition est au-dessus d’un charmant vieux café de la rue de l’Industrie. «Mon arrière-grand-tante aimait l’ambiance des cafés», précise Inès. Elle l’a très bien rendue dans plusieurs tableaux», précise l’organisatrice.

L’artiste genevoise a énormément exposé dès 1922 à Paris, au Salon d’automne, au Salon des indépendants et dans différentes galeries. A Genève, son oeuvre s’est déployée au Musée Rath, au Palais de l’Athénée, à la Galerie Moos. Parfois, elle exposait avec son mari, le peintre Paul-Albert Mathey.

Sur les murs de La Galerie, Inès a trouvé la place pour une vingtaine d’huiles et de gouaches de Claire-Lise Monnier: «J’ai voulu que chacune des périodes de sa production artistique soit représentée», explique la collégienne. «Elle a peint la campagne apaisante de Monthoux, où son père avait acheté une demeure, les cafés du quartier des Pâquis, où elle avait son atelier dans les années 30. Elle s’est intéressée aux cafés-concerts parisiens de l’entre-deux-guerres, au monde du cirque, en suivant la tournée d’une troupe itinérante à travers la Belgique. Elle a traduit les horreurs de la guerre à travers des personnages au visage déformé par l’angoisse ou le désespoir.»

L’un des seuls tableaux de l’exposition portant une date de la main de l’artiste est une allégorie peinte le 15 août 1944, jour du débarquement des troupes alliées en Provence. L’artiste a représenté des personnages formant une pyramide humaine à la rencontre d’un ange surmonté d’une madone en majesté.

Née protestante, Claire-Lise Monnier s’était convertie au catholicisme en 1944. Plusieurs de ses tableaux témoignent de ce virage religieux. Allégories, visions religieuses, images rêvées caractérisent sa production de cette époque. «Deux ans plus tard, elle perdra la vue, puis la retrouvera en 1948, après une opération. Ses dernières oeuvres convoquent des personnages de contes, comme cette «Belle au bois dormant» exposée à La Galerie», ajoute Inès.

La Galerie, 13, rue de l’Industrie, jusqu’au 13 octobre, du mardi au samedi de 19 h à 0 h. Visite la journée sur rendez-vous 079 366 22 39 www.assolagalerie.org facebook: assogalerie

(TDG)

Créé: 20.09.2018, 15h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...