Clin d’œil par leurs filles à deux géants de la scène

ThéâtreClaude-Inga Barbey transpose le vécu des «Filles de roi» que sont les comédiennes Pascale Vachoux et Marie Probst.

La fiction appelle Pascale Vachoux et Marie Probst auprès d’un illustre père à l’agonie: chacune y révèle sa psychologie de «fille de».

La fiction appelle Pascale Vachoux et Marie Probst auprès d’un illustre père à l’agonie: chacune y révèle sa psychologie de «fille de». Image: LORIS VON SIEBENTHAL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A ma gauche, Pascale Vachoux, 53 ans. Son père n’est autre que le Richard fondateur du Théâtre de l’Orangerie, ex-directeur du Poche et de la Comédie, comédien émérite, pédagogue inspiré, fameux metteur en scène, bref, figure majeure du théâtre genevois, disparu voici quatre ans. A ma droite, Marie Probst, d’une décennie sa cadette, dont le père Jacques, 65 ans, n’a pas fini de marquer la scène romande, ni par le verbe, ni par le jeu. A l’arrière-plan, la trentenaire Aline Gampert, directrice, sur les pas de feu son père Benedict, du Théâtre du Crève-Cœur à Cologny, les accueille – vous accueille – à bras ouverts.

Des «filles de» reconnaissantes de leur lignage. La dernière invite les premières à créer librement le spectacle qui les rassemblera vingt ans après qu’elles ont interprété Regan et Goneril, deux des trois descendantes du shakespearien roi Lear – et qui leur permettra de brasser à quatre mains leur vécu d’héritières artistiques.

Mais Pascale et Marie, si elles ont l’une et l’autre reçu le gène de l’interprétation, n’ont pas forcément l’encre dans le sang. Au nom de la nouveau-née Compagnie de l’Imaginaire poétique (rejeton du Théâtre poétique fondé par Richard Vachoux), elles font donc appel à une plume féminine, plus connue comme mère que comme enfant, aguerrie qui plus est à la pratique de la mise en scène.

Claude-Inga Barbey intervient alors, digère l’abondant matériel autobiographique fourni par les sœurs de cœur, et en tire un texte qu’elle structure habilement autour du tutélaire Roi Lear. Quelques répétitions plus tard, voici Pietra et Manon au chevet d’un géniteur aussi illustre que moribond. Tandis que l’une tente de juguler ses névroses grâce à la méthode Coué, l’autre donne libre cours à ses ruades rebelles. Toutes deux se fondent cependant quand, poupées au creux des bras, elles s’abandonnent aux souvenirs communs que bercent d’anciennes chansons de variété.

Quel est au final le pedigree de ces Filles de roi? Hormis quelques répliques brouillonnes, l’écriture ménage un équilibre entre émotion et légèreté, envolées psychologiques et ruptures comiques. Mi-fictifs, mi-réels, les personnages révèlent la grâce et la générosité des actrices. Au-delà du territoire genevois, où s’étiolera peut-être le renom des pères exaltés, on s’interroge en revanche sur la pertinence d’un hommage que rien ne vient légitimer à même le plateau: il faut connaître la généalogie des Vachoux et des Probst pour en apprécier l’évocation. Mais au fait, comment les familles réagissent-elles au spectacle? «Mon père viendra le voir samedi, pour mon anniversaire!» répond Marie. «Touchée, ma mère reviendra la semaine prochaine avec ses élèves», abonde Pascale.

Filles de roi Le Crève-Cœur, jusqu’au 12 fév., 022 786 86 00, www.lecrevecoeur.ch (TDG)

Créé: 31.01.2017, 17h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: les poussins mâles ne seront plus broyés mais gazés
Plus...