Trois choses à savoir sur... «Transfiguration»

CinémaCe film américain indépendant renouvelle de fond en comble le genre du film de vampires; une vraie curiosité.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

1. Le genre subit un lifting

Parvenir à renouveler un genre aussi balisé que le film de vampires relève quand même de la gageure. Michael O’Shea y parvient. Et cela à travers le portrait d’un orphelin de 14 ans, Milo, qui vit dans le Queens, à New York, avec son grand frère. Et se passionne pour les films de vampires. Au point de vouloir, peut-être, en devenir un.

2. Découverte cannoise

C’est au Certain Regard, section officielle non compétitive, qu’on a découvert The Transfiguration en 2016. La présence d’un film de genre (l’horreur), même si la violence y est passablement édulcorée, était fort bienvenue. Le film a néanmoins mis plus d’un an avant de sortir. Espérons qu’il ne fasse pas que de la figuration dans le ban des nouveautés estivales.

3. Esthétique indéfinie

Tout en se rattachant au cinéma indépendant, The Transfiguration cultive de nombreuses références, parfois très directes, avec le cinéma de vampires. Son esthétique est pourtant malaisée à définir. Peut-être à cause de la fascination qu’exerce sur nous son personnage principal, un ado black du nom d’Eric Ruffin qui semble nous fixer jusqu’au malaise, nous mettant face au vide et à la béance de nos existences. Le film, c’est lui, et il y est formidable. (TDG)

Créé: 13.06.2017, 18h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...