«Noureev», un danseur pour l'éternité

CinémaCe biopic se concentre sur la vie du danseur étoile avant qu'il ne demande l'asile politique à la France. Fort plaisant.

Vidéo: Sébastien Contocollias
Vidéo: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n'est pas la vie de Rudolf Noureev que le comédien Ralph Fiennes cherche à reconstituer dans ce biopic, mais une partie seulement. Le récit s'arrête en effet au moment où le plus grand danseur du XXe siècle demande l'asile politique à la France, séquence célèbre d'une vie d'ailleurs mise en scène non sans tension dans un film qui sait mine de rien ménager ses effets.

Du compte-rendu lisse et hagiographique qu'on pouvait craindre, «The White Crow», titre original de «Noureev», laisse place à une esthétique plus sèche que sucrée, mais un poil trop édulcorée en ce qui concerne la vie sexuelle du monsieur. Presque rien n'est dit sur ses liaisons masculines, à peine évoquées lors d'une séquence au lit d'une chasteté étonnante, comme s'il s'agissait de garantir au film une sortie en bonne et due forme, c'est-à-dire sans coupes de la censure, aux États-Unis et en Russie.

Pour le reste, l'objet respire le soin et la justesse. C'est stricto sensu de la belle ouvrage, avec une mention particulière à l'acteur chargé du rôle titre, un certain Oleg Ivenko. Lui-même danseur étoile en Russie, il est à la fois beau, charismatique, magnétique et doué, autant de points communs entretenus avec le légendaire Noureev. Une jolie surprise pour une saison qui en est un rien avare.

Créé: 25.06.2019, 22h09

Oleg Ivenko dans le rôle principal.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...