Passer au contenu principal

Joker, l'homme qui rit malgré lui

Le réalisateur Todd Phillips rend au film de superhéros sa puissance de feu sociologique.

La critique de Pascal Gavillet. Vidéo: Sébastien Contocollias

Dans «Joker», l’acteur Joaquin Phoenix engloutit l’écran avant même de le balafrer du fameux sourire au lipstick sanglant. Vertige… Trois pas de danse d’un Valentin le Désossé égaré à Gotham City, un regard béant sur d’infinies blessures, un irrépressible rire malade esquissent longtemps un profil somme toute classique. Soit Arthur Fleck, enfant expulsé du royaume des nantis et qui, d’innocent orphelin renié par son père, mue en monstre criminel.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.