Les Bond Girls, ces créatures de légendes

CinémaAlors que «Skyfall», 23e épisode de la saga «James Bond» célèbre les 50 ans de 007 au cinéma, revenons sur quelques-unes des créatures les plus délicieuses des aventures de l'agent secret. Une sélection partiale et perclue de mauvaise foi, évidemment…

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plus mythique
Sortant de l’eau, telle une déesse des océans, Honey Ryder reste, 50 ans après la sortie de «James Bond contre Dr No», le modèle original auquel se confrontent toutes les autres Bond Girls. Jouée par la Suissesse Ursula Andress, elle a été une des premières héroïnes à se balader en bikini, au cinéma. Nous étions donc en 1962…

La plus emblématique
Recouverte de peinture dorée, la pauvre Jill Masterson meurt au début de «Goldfinger». Si une image emblématique des Bond Girls doit subsister, c’est bien celle de cette femme étincelante, allongée sur un lit de Miami. L’actrice Shirley Eaton avait dû se faire maquiller durant cinq heures, pour être habillée d’or.

La plus susceptible
En 1967, James Bond s’envole pour le Japon. Dans «On ne vit que deux fois», l’agent va mener l’enquête au pays du Soleil-levant. Il croise notamment le chemin d’Aki, une espionne nippone. Celle-ci est incarnée par Akiko Wakabayashi qui devait, initialement, prêter ses traits à la Bond Girls principale, Kissy Suzuki. Mais ne s’exprimant pas assez bien en anglais, elle a été renvoyée par les producteurs. Vexée, Akiko a menacé aussitôt de se faire harakiri! Résultat, la sensible a obtenu le second rôle féminin.

La plus mariée
James Bond ne s’est officiellement marié qu’une fois. Il prend Tracy Di Vicenzo pour épouse dans «Au Service secret de Sa Majesté», en 1969. Pour compenser le manque de renommée de leur nouveau 007, George Lazenby, les producteurs engagent Diana Rigg, alors star planétaire grâce à la série «Chapeau melon et bottes de cuir». Las pour les fans de la belle comédienne anglaise, Tracy meurt, assassinée, à la fin du film.

La plus vierge
En 1973, Roger Moore enfile le smoking de James Bond. Mâtiné de magie noire, «Vivre et laisser mourir» propose la première Bond Girl vierge. Une curiosité. L’insigne honneur d’incarner cette créature, diseuse de bonne aventure, revient à la toute jeune Jane Seymour, future «Docteur Quinn».

La plus récidiviste
La comédienne suédoise Maud Adams apparaît dans son premier «James Bond», «L’homme au pistolet d’or», en 1975. Adorée par Roger Moore – elle ne fait pas d’histoire, connaît son texte et arrive à l’heure sur le plateau» - elle revient, en 1983, dans « Octopussy ». Maud Adams, en visite sur le tournage de «Dangereusement vôtre» en 1985, fera une apparition non créditée en figurante de luxe, lors d’une scène se déroulant dans le port de San Francisco. Avec trois «Bond» à son actif, elle est la Bond Girl la plus vue de la série.

La plus belle
Indiscutablement, c’est la splendide Barbara Bach, l’agent soviétique XXX dans «L’espion qui m’aimait» (1977). Elle est… Et puis aussi… Enfin bref, on est partial. Vous étiez prévenus.

La plus casse-pieds
Ce titre revient à Grace Jones qui a fait perdre ses nerfs au pourtant rigolard Roger Moore. Durant le tournage de «Dangereusement vôtre», la chanteuse écoutait régulièrement du hard rock dans sa loge, à fond. Ne pouvant pas profiter de sa sieste, Moore a demandé à dame Jones de baisser le volume. Ce qu’elle n’a pas fait. Résultat, ce brave Roger a subtilisé le radiocassette qu’utilisait sa partenaire féminine !

La plus Safe Sex
Alors que le Sida déferle sur le monde, en 1987, les producteurs de «Bond» décident que dans «Tuer n’est pas jouer», 007 n’aura qu’une conquête. Une première pour ce tombeur de James! Elle s’appelle Kara Milovy. Cette violoniste blonde est jouée par Maryam d'Abo qui avoue qu’elle ne maîtrisait rien de l’art de l’archet.

La plus dangereuse
Ce titre revient sans hésitation à la vénéneuse Xenia Onatopp, dans «Goldeneye» qui a la particularité de tuer ses ennemis en les étouffant entre ses cuisses, durant de chauds ébats. La délicieuse Famke Janssen a laissé un souvenir ému à ses admirateurs et à Pierce Brosnan dont c’était la première mission en 1995…

La plus célèbre
Pour célébrer les 40 ans de Bond au cinéma, le réalisateur choisit Halle Berry, comme Bond Girl. L’actrice oscarisée prête ses traits à l’espionne américaine Jinx Johnson. Ce personnage a connu un tel succès qu’il a été question de lui offrir sa propre série de films. Mais face aux coûts engendrés, le projet a été abandonné.

La plus garce
Celle qui a brisé le cœur de 007 s’appelle Vesper Lynd, dans «Casino Royale» (2006). La vilaine trahit le jeune James qui, en retour, considérera dès lors la femme comme un objet. Dans ce rôle fondateur, les spectateurs ont découvert Eva Green, fille de Marlène Jobert.

La plus croustifondante
On en dira pas plus, mais, franchement, Bérénice Marlohe est absolument craquante dans « Skyfall ». Comme Bond, on aimerait prendre une douche avec elle !

Créé: 25.10.2012, 15h53

Critique: un Bond géant

L’encouble était triple pour le réalisateur Sam Mendes: redonner des couleurs à Bond après un «Quantum Of Solace» décevant, conforter Daniel Craig dans le costume de 007 et célébrer les 50 ans de l’espion britannique au cinéma, avec classe. Mission accomplie. Qu’on se le dise, «Skyfal » est un des meilleurs épisodes de la série. Non contente de bénéficier d’un scénario en béton, la 23e aventure du roi James renoue avec tous les éléments qui ont fait le succès de la taupe modèle, sur grand écran. On y retrouve, certes, des gadgets, des cascades époustouflantes et des décors de rêve (Shanghai, Macao, Londres et l’Ecosse), mais surtout beaucoup d’humour et une bonne dose d’émotion. Autre point fort, le casting. Jamais, un «Bond» n’avait réuni pareille brochette de comédiens. De Ralph Fiennes à Albert Finney, en passant par les Bond Girls, Bérénice Marlohe et Naomie Harris, tous sont parfaits. Mention spéciale pour Javier Bardem qui incarne le terroriste Raoul Silva, un méchant des plus réussis, et l’émouvante Judi Dench dont le personnage, M (la patronne de 007), va devoir être protégé par James Bond dans ce film simplement jouissif. Il y aura indiscutablement un avant et un après «Skyfall». On souhaite déjà bonne chance au cinéaste qui devra réaliser le 24e épisode de la saga, annoncé pour 2014. (LS)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...