Filmar, festival dynamique pour la jeunesse en quête de cinéma d’ailleurs

CinémaFilmar s’est clos dimanche en remettant notamment le Prix jury des jeunes pour un premier long-métrage.

Jorge Cadena, accompagné du jury des jeunes au Grütli lors de la rencontre pour délibérer.

Jorge Cadena, accompagné du jury des jeunes au Grütli lors de la rencontre pour délibérer. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis cinq ans, le festival Filmar en América Latina remet chaque année un Prix du Jury des jeunes dans la catégorie Opera Prima, récompensant un premier long métrage. Composé d’une dizaine de collégiens qui étudient l’espagnol, il est mené par le cinéaste colombien Jorge Cadena. Le prix a été remis à la réalisatrice colombienne Catalina Arroyave Restrepo pour son film «Los días de la ballena» («Les jours de la baleine»), qui a fait l’unanimité. De plus, le jury a souhaité décerner une mention spéciale au film «Perro Bomba» du réalisateur chilien Juan Cáceres. Pour ce faire, les jurés ont assisté à la projection des huit films en lice, accompagnés de rencontres avec les réalisateurs. «En général, les jurés n’y restent pas, mais pour les jeunes cela leur permet d’élargir leur réflexion et de mieux comprendre l’intention du film», explique Jorge Cadena.

Si les élèves ne sont pas connaisseurs en cinéma a priori, les délibérations s’appuient néanmoins sur des éléments concrets que le mentor leur a présentés lors d’une première rencontre. Pour choisir le lauréat, les participants discutent donc des personnages, de l’image, de la construction de l’histoire, de la musique… Des points tangibles sur lesquels ils exposent leur avis au fil du débat. Le meneur les aide à s’exprimer et à construire des réflexions sur les films à travers des questions et en interpellant chaque élève afin que tout le monde prenne la parole. «L’expérience est très généreuse», résume Jorge Cadena. «Je suis impressionné par ce qu’ils arrivent à sortir, par leur prise de parole et leur regard», détaille-t-il.

Les collégiens participent à cette aventure envieux de découvrir l’Amérique latine et un autre cinéma. Certains, originaires de ce continent, se sentent très concernés par les problématiques et sujets évoqués à travers les films du festival. Ce n’est pas un hasard d’avoir lié le Prix du Jury des jeunes à celui des premiers longs métrages: «C’est assez symbolique. On présente de jeunes réalisateurs à de nouveaux spectateurs. La jeunesse est consciente des luttes aujourd’hui, et à travers ces films, on lui offre une nouvelle vision des problématiques d’Amérique latine par des gens latinos», raconte le Colombien, engagé pour les mouvements de contestation comme de nombreux autres réalisateurs du festival.

Cette année, en plus de ce Jury des jeunes, Jorge Cadena coordonne un nouveau projet avec Filmar, du nom d’Emergentes, un atelier pratique qui vise la réalisation de clips autour du festival par des élèves du collège. Les participants découvrent ainsi les bases des prises de caméras et du montage. Une nouvelle manière d’intéresser au cinéma et d’ancrer le festival près de la jeunesse.

Créé: 01.12.2019, 21h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mayor et Queloz reçoivent leur prix Nobel à Stockholm
Plus...