Desplechin s'essaie brillamment au polar

Cinéma"Roubaix, une lumière" était en concours à Cannes. L'un des meilleurs films de son auteur avec des comédiens prodigieux.

Léa Seydoux et Roschdy Zem dans

Léa Seydoux et Roschdy Zem dans "Roubaix, une lumière". Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est un fait divers survenu en 2002 à Roubaix, ville natale d'Arnaud Desplechin. Le meurtre d'une octogénaire impliquant un couple de deux jeunes femmes toxicomanes habitant le même immeuble. De cette affaire sordide, Desplechin a coécrit un scénario avec Léa Mysius. Et tourné ce qu'on peut considérer comme son tout premier polar. Roubaix, une lumière était en compétition au dernier Festival de Cannes.

Vidéo : Sébastien Contocollias

Objectivement, il s'agit là de l'un des meilleurs titres de l'auteur de La Sentinelle, qui démontre son aisance à s'essayer au film de genre, le polar noir, et surtout à en triompher. A cela plusieurs raisons. Et tout d'abord un quatuor de comédiens a priori improbables. Léa Seydoux et Sara Forestier y campent parfaitement les deux héroïnes soupçonnées du meurtre. Du côté des flics, Roschdy Zem et l'excellent Antoine Reinartz forment un binôme incroyable, malgré des dehors désassortis. Et il y a ensuite la patte Desplechin.

Rares sont les films dans lesquels on rentre avec une facilité aussi déconcertante. C'est le cas ici. En quelques minutes, on est pris et l'affaire ne nous lâche plus. Desplechin réalise un vrai film de cinéma, tout en clair-obscurs et en nuances, avec une force de percussion dans la narration qui laisse souvent à désirer dans le cinéma français. Roubaix, une lumière est un film sombre et lumineux, il a l'éclat d'un diamant noir et la beauté d'une oeuvre au lyrisme discret. Il était par ailleurs l'un des meilleurs titres de la compétition cannoise.

Créé: 20.08.2019, 18h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...