Passer au contenu principal

Malgré son annulation, le FIFDH a eu lieu en ligne et annonce son palmarès

Plusieurs films ont été primés et 55'000 internautes ont suivi l’événement sur le Net.

Le Grand Prix de Genève du FIFDH 2020 a été attribué à «Colectiv» du Roumain Alexander Nanau.
Le Grand Prix de Genève du FIFDH 2020 a été attribué à «Colectiv» du Roumain Alexander Nanau.
DR

Le FIFDH (Festival du film et forum international sur les droits humains) a été annulé, mais le Festival 2.0 a tout de même eu lieu, grâce à la réactivité d’Isabelle Gattiker, sa directrice, et de toutes ses équipes. Par streaming, sur le Net, permettant aux différents jurys de visionner les œuvres retenues dans les différentes sections. Est-ce une bonne chose? Difficile d’y répondre par la positive, tant la décision de maintenir un événement dans le contexte d’une actualité alarmante ne fait pas forcément sens.

Sous cette forme hybride et confinée, le FIFDH a probablement dû ramer pour intéresser des internautes, même si un communiqué nous assure que le programme 2.0. a réuni activistes, artistes, journalistes ou encore cinéastes pour des débats et entretiens diffusés en direct sur internet. «Ne nous enlevez pas la seule chose qui nous reste: la possibilité de témoigner», a notamment déclaré sur la scène du Festival Abdul Aziz Muhamat, activiste pour les réfugiés, lauréat du Prix Martin Ennals 2019.

«L’opinion publique doit prendre la parole. Lorsque nous nous réduisons au silence, c’est notre société que nous affaiblissons.» Le FIFDH a fait sien ce mot d’ordre d’Agnès Callamard, rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires, qui était présente à Genève pour plusieurs débats. Ce sont au final près de 30 débats et entretiens diffusés sur le Net qui auront généré en dix jours plus de 55'000 vues de vidéos entre YouTube et Facebook.

Communiqué samedi, son palmarès prime des films que nous n’avons pour la plupart pas pris le temps de voir, tant la focalisation en streaming demeure encore par trop contraignante pour de multiples raisons. Grand Prix de Genève doté de 10'000 francs, le thriller politique «Colectiv», du Roumain Alexander Nanau, sera prochainement diffusé sur la RTS. Il traite de la corruption gouvernementale sous un angle visiblement inédit.

Du côté des fictions, «Maternal» de Mauro Delpero, production argentine que nous avions pu découvrir à Locarno et qui observe les mères adolescentes, a reçu le Grand prix fiction et droits humains, lui aussi doté de 10000 francs. Parmi les innombrables autres prix, on se réjouit particulièrement de la mention spéciale obtenue par «Sous la peau» de Robin Harsch (lire nos éditions de vendredi 13 mars) au sein du jury de La Clairière, et de cette autre mention spéciale récompensant «Ceux qui travaillent» du Romand Antoine Russbach, décernée cette fois par le jury de Champ-Dollon.

Mais on se réjouit encore plus de retrouver le FIFDH en 2021, cette fois en vrai, en espérant que la pandémie que nous traversons actuellement soit de l’histoire ancienne. Ce sera du 5 au 14 mars, pour une 19e édition qu’on souhaite plus foisonnante que jamais.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.