L'amour homosexuel s'épanouit à Cannes

FestivalAlors que le mariage pour tous a divisé la France, la sexualité homosexuelle n'est pas taboue à Cannes: des films comme «L'inconnu du lac» ou «La vie d'Adèle» le montrent de manière explicite ou crue.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Présenté jeudi en compétition, «La vie d'Adèle» du Franco-Tunisien Abdellatif Kechiche, avec Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, raconte une passion amoureuse entre deux jeunes femmes, sujet peu abordé au cinéma. Le film montre aussi le désir et le ballet des corps à travers des scènes de sexe aussi naturelles que très explicites.

Le réalisateur, qui dit avoir aussi travaillé sur «la sculpture des corps, la lumière et la beauté des visages», n'a cependant «pas eu envie de faire un film militant» et s'être «très peu interrogé sur le thème de l'homosexualité».

«La problématique de l'homosexualité, je ne voyais pas pour quelles raisons je l'aborderais spécialement, car la meilleure façon, si je devais avoir un discours sur ce sujet, ce serait de ne pas en avoir, de filmer cela comme n'importe quelle histoire d'amour», poursuit Kechiche, qui dit avoir voulu plutôt «raconter l'histoire d'un couple, du couple».

Douglas en pianiste virtuose

«Je regardais des personnages qui s'aiment, et l'idée que c'était deux femmes m'a complètement échappé», a-t-il encore précisé à l'AFP. Autre film parlant de l'amour homosexuel, «Ma vie avec Liberace» de Steven Soderbergh montre l'acteur Michael Douglas en pianiste virtuose, 100% gay et roi du kitsch, aux côtés de Matt Damon, qui incarne son amant, s'échangeant de fougueux baisers et couchant à répétition.

Mais c'est surtout un autre film très cru, «L'Inconnu du lac» d'Alain Guiraudie, présenté dans la sélection «Un certain regard», qui a créé une petite sensation à Cannes du fait de son traitement de la sexualité gay. Le film, qui sera interdit aux moins de 16 ans au moment de sa sortie en salles, et dont les plans de sexe non simulés ont été doublés, raconte l'histoire de Franck (Pierre Deladonchamps), un jeune homosexuel qui vient draguer au bord d'un lac et tombe amoureux de Michel (Christophe Paou), un homme beau mais dangereux, avec lequel il vit une passion.

Séquences de sexe

«L'inconnu du lac» montre frontalement des scènes très explicites entre hommes dans les sous-bois, mais avec une alternance de séquences de sexe et d'images de la nature, et en s'inscrivant dans une histoire d'amour puissant.

«Je voulais vraiment me confronter à ce qu'il est convenu d'appeler la passion, et surtout à ce que c'est que d'avoir quelqu'un dans la peau», a expliqué le cinéaste à l'AFP.

«On a tendance à renvoyer ce qui est de l'ordre du sexe dans la pure pornographie. Et l'amour avec la grandeur des sentiments, on a tendance à le renvoyer dans un autre cinéma», a-t-il poursuivi. «J'avais envie de mélanger les deux. Mais je ne l'ai jamais conçu dans une optique provocatrice», dit le réalisateur.

Pour Franck Finance-Madureira, organisateur de la Queer Palm à Cannes - distinguant un film pour son traitement des questions homosexuelles ou de genres -, des scènes de sexe homosexuel crues comme dans les films d'Abdellatif Kechiche et Alain Guiraudie, «on les a déjà vues, mais plutôt dans du cinéma queer expérimental américain».

«Là ce qui est très nouveau, c'est qu'on est dans des films très grand public, et des films français», juge-t-il. Pour lui, «quand on a l'intelligence de filmer une histoire d'amour homosexuelle de façon aussi universelle, c'est forcément un positionnement politique, parce que c'est dire: +on est tous pareils, quelle que soit notre sexualité+». (afp/nxp)

Créé: 23.05.2013, 20h47

Articles en relation

Polanski présente un film sur le pilote Jackie Stewart

Festival de Cannes Le cinéaste Roman Polanski a présenté au Festival de Cannes un documentaire romantique, «Week-end de champion», sur la victoire de Jackie Stewart au Grand Prix de Monaco de F1 en 1971. Plus...

«Only God forgives» essuie des sifflets à Cannes

Festival de Cannes En lice pour la Palme d'or, «Only God forgives», le très attendu film du Danois Nicolas Winding Refn, a été très diversement apprécié à Cannes. Le public a plusieurs fois grincé des dents et détourné les yeux pendant les scènes d'ultra-violence. Plus...

François Ozon suscite l'indignation des femmes à Cannes

Scandale Le réalisateur de «Jeune et jolie», François Ozon, a joué la provocation dans une interview où il explique que la prostitution fait fantasmer les femmes. Tollé sur les réseaux sociaux. Plus...

Les frères Coen partent favoris à Cannes

Pronostics «Inside Llewyn Davis» des frères Coen raconte les aventures d'un chanteur de folk. Avec un pamphlet dénonçant la corruption en Chine, leur film figure à mi-parcours de la compétition parmi les favoris de la critique. Plus...

Le perturbateur du «Grand Journal» sera jugé en juin

France Le procès de l'homme qui avait tiré à blanc vendredi, près du plateau du «Grand journal» de Canal+ a été renvoyé au 24 juin par le tribunal correctionnel de Grasse qui a décidé de le maintenir en détention. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.