Passer au contenu principal

Amos Gitai: «Mon pays m’inquiète»

Avec «Le Dernier Jour de Yitzhak Rabin», Amos Gitaï livre un combat. Il était de passage lundi en Suisse romande.

Amos Gitai, cinéaste engagé, signe avec son dernier film l'un de ses plus ambitieux films politiques.
Amos Gitai, cinéaste engagé, signe avec son dernier film l'un de ses plus ambitieux films politiques.
AFP PHOTO / TIZIANA FABI

Politiquement exacerbé, toujours en lutte, Amos Gitaï était lundi de passage à Lausanne pour présenter à la Cinémathèque son dernier métrage, Le dernier jour d’Yitzhak Rabin, essai magistral sur la métamorphose de la haine symbolique en violence bien réelle. Rencontre.

Au-delà des 20 ans de l’assassinat de Rabin, pourquoi ce film maintenant? Je pense que la direction que le pays est en train de prendre est plutôt inquiétante, qu’il fallait aussi faire ce film comme un acte civique.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.