Hors concours, certains films éclipsent des prétendants à la Palme

Festival de Cannes«Girl», «Sauvage» «Les moissonneurs», «Sofia» «In My Room», autant de pépites découvertes à La Semaine de la critique ou Un Certain Regard.

Le Flamand Lukas Dhont a fait chavirer la Croisette.

Le Flamand Lukas Dhont a fait chavirer la Croisette. Image: REUTERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il n’y a pas que la compétition à Cannes. Si les 21 films en lice pour la Palme d’or font courir les festivaliers prêts à battre la semelle pendant des heures dans de longues files d’attente, ils ne sont pas les seuls. Les œuvres sélectionnées dans les diverses sections parallèles ont également leurs aficionados.

Certaines éclipsent même quelques prétendants à la médaille. A l’image de «Girl» formidable histoire de ce garçon transgenre qui veut devenir ballerine et dont on vous a déjà parlé. Mais le Flamand Lukas Dhont, qui a fait chavirer la Croisette, n’est évidemment pas le seul à avoir du talent. Comme il est impossible de tout voir fans un festival aussi riche, on se contentera d’en évoquer quatre autres.

Et tout d’abord, à la Semaine de la critique, «Sauvage», du Français Camille Vidal-Naquet, qui pour son premier passage derrière la caméra suit Léo, un jeune prostitué. A la fois solitaire et libre, errant de rencontre en rencontre, il est animé par une force d’aimer qui subsiste quelle que soit la violence du monde qu’il traverse.

Malgré des scènes sexuelles très crues, il n’y a aucun voyeurisme chez le cinéaste qui brosse le portrait d’un garçon tiraillé entre son état assumé et sa quête d’amour. Un film coup de poing qui révèle un remarquable acteur, Félix Maritaud. Il jouait l’an dernier un petit rôle dans « 120 battements par minute » de Robin Campillo.

D’Afrique du Sud au Maroc

Premiers films également, les deux suivant prétendent à la Caméra d’Or. Avec « Les moissonneurs », le Sud-Africain Etienne Kallos nous emmène chez les fermiers Afrikaners. Dans cette communauté blanche religieuse, austère, isolée et repliée sur elle-même vit Janno, un garçon frêle et réservé. Un jour sa mère, fervente chrétienne, ramène Pieter, un orphelin des rues qu’elle a décidé de sauver et demande à Janno de l’accepter comme un frère. Les deux garçons engagent alors une lutte pour le pouvoir, l’héritage et l’amour parental. Etienne Kallos montre un vrai talent de metteur en scène dans cette nouvelle et sombre version à suspense du mythe de Caïn et Abel, teintée d’homosexualité.

La Marocaine Meryem Benm’Barek nous plonge dans un drame social avec « Sofia ». La jeune femme de 20 ans vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité et menacée de prison en accouchant d’une petite fille hors mariage. L’hôpital lui laisse 24 heures pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités.

Il s’agit donc de défendre l’honneur de Sofia et de trouver un arrangement qui puisse satisfaire les parties en présence et leur permettre de sauver la face. Tout en se centrant sur le personnage de la jeune femme, la réalisatrice s‘intéresse aux classes de la société marocaine et l’hypocrisie qui y règne.

A signaler encore «In My Room» de l’Allemand Ulrich Köhler, qui a concocté une très mystérieuse histoire à propos d’un homme, Armin, qui se réveille un matin dans un monde qui paraît inchangé mais où il n’y a plus trace de vie humaine. Aussi étrange que déstabilisant, mais assez fascinant.

Ces trois derniers métrages sont proposés dans Un Certain Regard. Une section parallèle particulièrement bien nommée en l’occurrence. (TDG)

Créé: 17.05.2018, 17h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le pape à Genève
Plus...