Cécile de France: «J'ai même appris l’hymne du MLF»

LocarnoL'actrice belge présente une histoire d’amour entre deux femmes dans la France de 1971.

Cécile de France: «J’ai abordé ce travail comme une modèle qui pose nue pour des élèves des Beaux-Arts»

Cécile de France: «J’ai abordé ce travail comme une modèle qui pose nue pour des élèves des Beaux-Arts»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’actrice belge est à Locarno pour présenter, en première mondiale, «La Belle saison» de Catherine Corsini, histoire d’amour entre deux femmes dans la France de 1971 et surtout reconstitution historique des débuts du Mouvement de libération des femmes (MLF). Avant de monter sur la Piazza jeudi soir, nous avons pu rencontrer l’actrice.

Vous faites partie de ces comédiennes que le public adore. En êtes-vous consciente? – Oui, je le ressens énormément. Les gens qui m’abordent dans la rue sont toujours gentils et bienveillants. Je pense que cela provient des rôles que j’interprète. On me dit fréquemment qu’on s’identifie à moi.

«La belle saison» comporte des scènes d’amour explicites. Ont-elles été difficiles à tourner ? – Non, car j’ai abordé ce travail comme une modèle qui pose nue pour des élèves des Beaux-Arts. Et puis il y a beaucoup de pudeur dans la manière dont ces scènes étaient filmées. Elles sont cohérentes avec le reste.

Vous êtes-vous documentée sur les années 70 pour le rôle ? – Oui, Catherine Corsini a donné de la documentation à tous les interprètes. Se replonger dans tout cela a vraiment été passionnant. J’ai même appris par cœur l’hymne du MLF. Aujourd’hui encore, cette chanson me bouleverse.

(lire interview complète dans nos éditions de samedi 8 août) (TDG)

Créé: 06.08.2015, 19h26

Articles en relation

Berset et Hulk sur le même tapis rouge

Locarno Alain Berset et Edward Norton sont arrivés côte à côte sous les projecteurs de la Piazza Grande. Plus...

Berne débloque 27 millions pour le cinéma suisse

Locarno Alain Berset a tenu son rendez-vous annuel à Locarno: pas de polémiques et des bonnes nouvelles. Plus...

Un Genevois qui symbolise admirablement la relève à Locarno

Festival Le court-métrage de Samuel Grandchamp, «Le Barrage», a été sélectionné pour les Léopards de demain. Plus...

«Locarno est un sismographe du monde»

Cinéma Alors que s’ouvre la 68e édition du Festival du film, son président, Marco Solari, interroge les liens entre cinéma et politique, avec ses malentendus, ses dérapages et ses utopies. Plus...

Carlo Chatrian: «La sélection est un travail de longue haleine»

Festival Pour sa troisième année à la tête de Locarno, le directeur promet une édition très diversifiée. Plus...

Image

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maintien de Maudet: le PLR convoque une assemblée extraordinaire
Plus...