2017, une année très gay au cinéma

Cinéma Jusqu'alors considérés comme des oeuvres de niche, les films mettant en scène des personnages et des relations homosexuels ont brillé durant l'année.

«Moonlight», qui suit le parcours d'un jeune noir homosexuel, a subjugué la critique. (Vendredi 22 décembre 2017)

«Moonlight», qui suit le parcours d'un jeune noir homosexuel, a subjugué la critique. (Vendredi 22 décembre 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avec l'Oscar pour «Moonlight», les 800.000 entrées de «120 battements par minute» en France et le buzz entourant «Call me by your name», sorti aux Etats-Unis, l'homosexualité a été à l'honneur sur grand écran en 2017. Phénomène durable ou feu de paille ?

Public au rendez-vous

«Ce fut une année extraordinaire pour les films sur les relations entre personnes de même sexe», se réjouissait récemment Francis Lee, réalisateur de «Seule la terre» («God's own country»).

«Ca a commencé avec l'Oscar du meilleur film pour Moonlight , la découverte de Call me by your name au festival du film indépendant de Sundance, puis une histoire d'amour avec un personnage transgenre à la Berlinale ( Une femme fantastique )», rappelle le Britannique, lui-même primé à Sundance pour son histoire d'amour entre hommes dans une ferme du Yorkshire.

Outre de nombreuses récompenses, le public a été au rendez-vous pour ces films, considérés jusqu'ici comme des oeuvres de niche. «Call me by your name» de Luca Guadagnino fait salle comble dans le petit nombre de cinémas où il est projeté aux Etats-Unis et «Seule la terre» est le premier film le plus vu cette année en Angleterre.

Autre signe de cette évolution: «ce sont aujourd'hui les distributeurs qui viennent nous chercher pour qu'on projette Call me by your name ou Battle of the sexes » avec Emma Stone en tenniswoman, dit Cyril Legann, du festival de cinéma LGBT «Chéries-Chéris» à Paris.

Jusqu'ici, beaucoup de distributeurs cherchaient à éviter de coller l'étiquette LGBT à un film, afin qu'il séduise le grand public, explique le programmateur.

Outre «Moonlight» sur le parcours d'un jeune noir homosexuel, élevé par une mère toxicomane, c'est le succès de «120 battements par minute» sur Act Up qui marque un tournant, selon lui.

La bande-annonce de «Seule la terre»

La bande-annonce de «Moonlight»

La bande-annonce de «120 battements par minute»

Marché demandeur

Avec un sujet aussi dramatique que le sida, le film, a «séduit bien au-delà de la population concernée, et a ouvert des portes. Mais elles peuvent se refermer», concède Cyril Legann. Le film de Robin Campillo, Grand prix à Cannes, n'a pas passé le cap de la présélection pour les Oscars.

Cyril Legann évoque également les espoirs suscités par «Brokeback moutain» en 2005. Le film avec Jake Gyllenhaal et Heath Ledger, sur deux cowboys amoureux dans les années 60, rencontra un franc succès mais ne remporta pas l'Oscar du meilleur film tant espéré.

Il ne parvint pas non plus à changer la donne auprès des studios frileux face à des projets traitant d'homosexualité, contrairement aux séries, plus audacieuses en la matière, comme «Orange is the new black» (depuis 2013 sur Netflix) ou «Instinct» sur CBS (en 2018), présentée comme la première série en prime time avec un personnage principal homosexuel.

«Dans le système des studios, l'argent est le nerf de la guerre, donc ça n'ouvre pas forcément la voie à des histoires gay originales, surtout s'il n'y a pas d'acteurs bankable . Même Call me by your name a mis des années pour trouver des financements et a été produit par quatre pays», confirme Andrew Murphy, programmateur du festival LGBT canadien Inside Out.

Considéré d'emblée comme un favori pour les Oscars, le film raconte l'histoire d'amour, le temps d'un été en Italie, entre un adolescent (joué par une révélation, le jeune Timothée Chalamet) et un étudiant américain plus âgé (Armie Hammer).

Son succès prouve qu'«il y a un marché demandeur» pour ce genre de films, estime l'Américaine Megan Townsend de l'Alliance gay et lesbienne contre la diffamation (GLAAD), même s'il s'agit la plupart du temps de films financés en dehors des grands circuits.

«Les 18-34 ans sont deux fois plus nombreux que les générations précédentes à se définir comme LGBT», souligne le GLAAD. «Si Hollywood veut retenir cette population, il doit produire des films à grand public qui témoignent de cette diversité», insiste-t-elle.

Un message que commencent à entendre les studios. La Fox sortira en mars aux Etats-Unis «Love, Simon», une comédie grand public sur un adolescent faisant son coming-out. Une première. (afp/nxp)

Créé: 22.12.2017, 14h38

Articles en relation

Moins de films aux Journées de Soleure

Cinéma Fin janvier, le cinéma romand sera en outre représenté par quatre cinéastes de renom à Soleure. Plus...

«L'ordre divin» meilleur film suisse de l'année

Cinéma «L'ordre divin» de Petra Volpe et «Manchester by the Sea» de Kenneth Lonergan ont été désignés meilleur film suisse et meilleur film international 2017. Plus...

Johnny Depp défendu par J.K. Rowling

Cinéma Des fans voulaient que l'acteur, accusé de violence conjugale, soit remplacé dans la suite des «Animaux fantastiques». La romancière le soutient. Plus...

Nouvelle plainte collective contre Weinstein

Etats-Unis Six femmes ont déposé mercredi à New York une nouvelle plainte contre le producteur de cinéma et ses studios, pour crime organisé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...