Un Chaplin en images et en orchestre

Ciné-concertLe chef Philippe Béran et son Orchestre du Collège de Genève posent la musique sur «The Kid», chef-d’œuvre du muet.

Le chef d'orchestre Philippe Béran

Le chef d'orchestre Philippe Béran Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau projet artistique, qui va occuper l'Orchestre du Collège de Genève et son chef Philippe Béran, est placé sous le signe du cinéma muet. Charlie Chaplin et son immense The Kid – dont certaines séquences appartiennent depuis longtemps à l'imaginaire collectif – va être projeté mardi, mercredi et jeudi à la Salle Frank-Martin , accompagné par la musique que l'artiste a composé plus tard, dans les années 1950. Une aventure en images et en sons livrés live qu'explique Philippe Béran.

Comment est née l'idée de se frotter à Chaplin?
C'est un cinéaste que j'ai beaucoup accompagné en musique pour des projets qui ont pris forme aux quatre coins de la planète. La Société Chaplin, qui siège à Paris, m'a inséré d'ailleurs dans la short-list des chefs d'orchestre recommandés pour des projets de ce genre. Nous sommes trois en tout. Mais il y a aussi une deuxième raison qui motive ce ciné-concert: en 2014 on fête les 100 ans de la naissance du personnage de Charlot et les 125 ans de la naissance de Charlie Chaplin aussi.

La musique a été écrite par le cinéaste bien après le tournage du film. Quel regard portez-vous sur la partition?
Il faut savoir, tout d'abord, que Chaplin composait à l'oreille, qu'il ne savait pas lire la musique et qu'il se faisait épauler par des arrangeurs sachant traduire sur la portée ses idées. C'est une partition touffue, qui couvre entièrement la durée du film, qui est d'une heure. Elle aussi très colorée: on y trouve des clins d’œil au jazz, des touches de valse et des incursions dans le cabaret. Du coup, c'est une musique qui génère des ambiances, et en cela, on peut dire que Chaplin a été le premier à comprendre l'importance de l'union entre les images et la musique.

Quelle est la principale difficulté à laquelle vous avez dû faire face dans ce projet?
Celle du tempo, sans aucun doute. Il faut être extrêmement synchronisés pour se caler avec les images, pour ne pas arriver trop tôt ou, pire, trop tard. La partition est très fournie en indications, heureusement: chaque plan et chaque séquence sont annotés. Avec le visionnage répété du film et la lecture de la partition à la fois, on finit par connaître tout par cœur.

Créé: 05.05.2014, 12h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Votation: faut-il taxer les chiens?
Plus...