Bruno Beltrão fait convulser la figure du migrant

Antigel/DanseLe chorégraphe brésilien issu du hip-hop est accueilli ce jeudi au BFM avec ses dix interprètes masculins.

La figure majeure de la danse contemporaine brésilienne vient sur le sol genevois pour «Inoah».

La figure majeure de la danse contemporaine brésilienne vient sur le sol genevois pour «Inoah». Image: KERSTIN BEHRENDT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Retenez votre souffle, ça va secouer. Une heure dans le tambour d’une machine à laver, à côté, c’est une sieste au coin du feu. Pour la première fois, sur l’invitation d’Antigel, la figure majeure de la danse contemporaine brésilienne vient sur le sol genevois dégoupiller la grenade qu’elle tient en main depuis 2017, «Inoah». Sept autres avaient explosé avant elle, avec pour résultat que le nom de Bruno Beltrão se répande dans le monde chorégraphique comme une traînée de poudre.

Depuis la création de son Grupo de Rua, en 1996 dans la banlieue de Rio, Beltrão cherche à transposer à la scène l’esprit et les techniques des danses urbaines qu’il pratique depuis l’adolescence. Dans sa ligne de mire: emmener le hip-hop au-delà de ses propres limites. Avec un diplôme d’histoire de l’art en poche, et un autre en philosophie, l’homme entend rien moins que déplacer la rue dans les théâtres. Pareil carambolage des territoires, forcément, remue.

Ils seront dix danseurs, ce jeudi, à vriller cinquante minutes durant sur le plateau du BFM. Dix hommes, le plus souvent en jupe, à évoquer la migration en déconstruisant les codes du hip-hop. Sur la musique aux accents industriels de Felipe Storino, sous l’éclairage crépusculaire de Renato Machado, les interprètes voltigent en solo, en duo, parfois en trio. Que leur tête plonge au sol ou que leur dos dessine l’horizon, c’est l’isolement d’un corps au sein de la communauté qui se matérialise. Cette solitude martiale, si elle peut s’étendre à tous, concerne ici la figure du «damné de notre temps». À Inoã, dans une région montagneuse proche de Rio, la compagnie a répété la chorégraphie six mois, avant d’atteindre une virtuosité telle qu’elle défie les lois de la gravité. Entre tressaillement, rebonds et sauts de carpe, on ira même jusqu’à dire qu’elle défie l’entendement. Voilà ce qui arrive quand on déplace des terrains entier.


«Inoah»
Bâtiment des Forces motrices,
Plus d'infos sur: antigel.ch

Créé: 10.02.2020, 18h23

Articles en relation

Devendra Banhart, où la légèreté mène à l’extase

Critique Vendredi à l’Alhambra dans le cadre d’Antigel, le chanteur américain a fait des prouesses avec sa voix et son orchestre. Plus...

Après l’écoféminisme, Nina Santes sonde l’«engourdissement» postcolonial

Antigel/Danse En partenariat avec l’ADC, le festival invite «République Zombie», la toute nouvelle création de la chorégraphe. Plus...

L’ardente liturgie de Tobias Preisig

Antigel Le violoniste zurichois a fait retentir ses mélopées sombres au cœur du chantier de l’ancien manège. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...