Passer au contenu principal

Bâle danse pour dépasser les genres

L’ADC accueille aux Eaux-Vives «Pink for Girls and Blue for Boys» de la Suissesse Tabea Martin.

Tabea Martin ne veut ni le rose ni le bleu, ou elle les veut les deux.
Tabea Martin ne veut ni le rose ni le bleu, ou elle les veut les deux.
DR

On avait découvert cette pièce pour deux danseurs et deux danseuses lors sa programmation éphémère dans le cadre des Journées de danse contemporaine en février dernier. Afin de lui donner une plus large audience, l’ADC la réinvite la semaine prochaine pour quelques jours.

Lauréate d’un Prix de la danse décerné par le canton de Bâle-Campagne en 2016, la chorégraphe Tabea Martin, formée aux Pays-Bas, empoigne dans ce spectacle enjoué la question des stéréotypes genrés tels qu’ils se transmettent dès le plus jeune âge. Garçons costauds et rapides, filles propres et fragiles, Pink for Girls and Blue for Boys déconstruit à l’intention des 8 ans et plus toutes les idées reçues conduisant à la discrimination, à l’inégalité ou à l’homophobie. Sous son apparente naïveté, l’artiste s’attaque par la bande à cet autre lieu commun: que les enfants ne seraient pas aptes à s’aventurer dans la sphère sociétale. Son spectacle prouve le contraire, en incitant le jeune public à interagir tandis que les combinaisons entre les interprètes des deux sexes s’enchaînent sur scène.

«Pink for Girls and Blue for Boys», ADC, du 29 nov. au 3 déc. Table ronde «Le genre dans l’éducation, parlons-en!» sa 2 à 16 h 30, 022 320 06 06, www.adc-geneve.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.