La biennale qui sort des sentiers battus

Art contemporainDeux expositions sont présentées dans le cadre d’Out of the Box. «Dix sur Dix» met en valeur le travail d’artistes handicapés.

L'artiste Martine Birobent offre ses poupées au toucher.

PIERRE ALBOUY

L'artiste Martine Birobent offre ses poupées au toucher. PIERRE ALBOUY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle dit de ses poupées qu’elles sont un peu à son image: «bancales, mais souriantes et colorées». Dans la grande pièce de l’espace 34, l’artiste canadienne Martine Birobent a suspendu et accroché au mur une quarantaine de ses personnages enfantins ou féminins, toujours bouches cousues et recouverts de tricot. Fani, médiatrice culturelle malvoyante, s’approche de l’un d’eux. «Je pose ma main, je sens des formes épanouies. J’imagine un ventre de femme enceinte. Je sens une couronne, c’est sûrement une reine.»

Il s’agit en réalité d’un corps de fillette, enfermé dans un cadre de bois sculpté qui donne à l’objet des airs de totem. Pour Fani, dont la vue se dégrade depuis une vingtaine d’années, cela n’a pas d’importance. «C’est vrai, je ne vois plus, j’imagine des choses qui n’existent peut-être pas, mais lorsque je touche ces œuvres, lorsqu’on me les décrit, plein d’éléments de mon passé rejaillissent.» La philologue, qui tient à transmettre sa capacité à lire avec les mains, réalisait samedi sa première visite guidée pour malvoyants, en petit comité, dans le cadre d’Out of the Box. Cette biennale des arts inclusifs, dont le but consiste à modifier le regard porté sur le handicap, regroupait jusqu’au week-end dernier une série de pièces de théâtre et de danse intégrant des personnes en difficulté mentale ou physique. L’exposition de l’espace 34, géré par la Fondation Cap Loisirs qui propose diverses activités aux personnes en situation de handicap, se poursuit jusqu’en juillet.

Quelques rues plus loin, le Commun, situé dans le Bâtiment d’art contemporain dans le quartier des Bains, offre une seconde proposition. On y découvre les réseaux ferroviaires de Bernard Grandgirard, dessinés avec obstination depuis plus de quinze ans. On se laisse porter par les émouvants bonshommes d’Alexandre Baumgartner. L’exposition Dix sur Dix présente les œuvres de dix artistes suisses soutenus par mir’arts, pôle artistique de l’association ASA - handicap mental. Ces plasticiens, qui travaillent d’arrache-pied dans des ateliers encadrés, ont été sélectionnés par autant de professionnels de l’art contemporain de la région, qui ont choisi parmi une production souvent impressionnante les œuvres à retenir. Chaque rencontre a abouti à un texte. Affichés dans l’espace d’exposition, ils disent l’émotion ressentie face à un travail hors normes et le respect pour un talent artistique qui sort des sentiers battus.

Out of the Box «Motus et bouche cousue», à l’espace 34, Bd de Saint-Georges 34, jusqu’au 4 juillet. «Dix sur Dix», au Commun, rue des Bains 28, jusqu’au 21 juin. Infos et visites guidées: 079 400 90 49 ou www.biennaleoutofthebox.ch (TDG)

Créé: 07.06.2015, 20h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...