«Je n’ai plus besoin d’aller faire le beau à la télé»

Hip-hopMusique, parfum, habits ou whisky, Booba est devenu sa propre marque, modèle achevé du rap néolibéral. Rencontre.

Booba à Genève, jeudi, venu présenter sa nouvelle gamme de parfum. «Je rap paisible», assure-t-il. Le lendemain de la rencontre, son rival Rohff était condamné à cinq années d’emprisonnement pour son attaque, en 2014, d’une boutique de vêtements lui appartenant.

Booba à Genève, jeudi, venu présenter sa nouvelle gamme de parfum. «Je rap paisible», assure-t-il. Le lendemain de la rencontre, son rival Rohff était condamné à cinq années d’emprisonnement pour son attaque, en 2014, d’une boutique de vêtements lui appartenant. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelques clients ont dû le prendre pour un athlète. Grand gaillard ébène, élancé comme un sprinteur, moulé de noir dans ses habits streetwear, la casquette boulonnée sur le nez et, autour de lui, trois mastards pas plus chétifs et pas moins impeccablement sapés. Un boxeur semi-lourd venu faire des emplettes au centre de Genève? Un prince du pétrole en guinguette? Un acteur, peut-être. Américain? Booba est un peu de tout. Il l’admet lui-même, après avoir déposé sa masse dans un siège pour 9 secondes de séance photos que clôt un rictus agacé. «Je ne me fixe pas de barrière dans mes activités. Je vis entre Miami et Paris, je ne me sens pas de tel ou tel pays. Je viens du rap, c’est ce que je fais en priorité et je pense que c’est ce que je maîtrise le mieux. Mais tu vois, aujourd’hui, c’est le parfum.» Booba n’aurait pas eu un regard plus tendre s’il avait commandé un peloton d’exécution. Sérieux, concis, ni particulièrement sympa ni vraiment antipathique. En plein boulot, en somme: VRP de sa nouvelle eau de parfum, dont les magasins Globus de Genève abritaient jeudi les fonts baptismaux en invitant le plus «lourd» vendeur du hip-hop français, exilé aux États-Unis sous Sarkozy, «entrepreneur autodidacte» qu’un contrôleur fiscal ferait trembler bien plus que toute une horde de rappeurs concurrents.

Booba, donc. Né Elie Yaffa il y a quarante ans dans les Hauts-de-Seine, père sénégalais, mère française, venu au rap quand celui-ci balbutiait ses rimes francophones. «J’ai connu l’époque des bandes magnétiques. On se trimballait ces grosses boîtes d’un studio à l’autre, en passant par les premiers labels et les radios.» MC vieille école avec son duo Lunatic, il comprend et accompagne mieux que personne en France la mutation du genre. Dans sa forme stylistique, d’abord, surfant la vague gangsta américaine à la fin des années 1990, bling-bling et bagarreuse — un casier judiciaire garni de quelques mois à Fresnes pour braquage de taxi aide à forger son personnage. Puis dans sa forme «technologique», noyant ses récentes productions dans une cosmétique pop aux effets chargés et, surtout, s’affranchissant des médias traditionnels en se pensant en «médium autonome» via le potentiel inédit des réseaux sociaux.

«Plus de following qu’Ardisson»
«Je ne vais pas te mentir, balance-t-il d’un coup de menton. La presse, c’est plus trop important. Le rap et mon parcours, c’est un cercle fermé: il faut le connaître ou le vivre pour vraiment le comprendre. Les gros médias n’ont jamais réussi, ils ont toujours fonctionné par raccourcis, préjugés, erreurs. Désormais, je n’ai plus besoin d’aller faire le beau sur les plateaux télé pour qu’Ardisson agite mon CD devant la caméra. Je fais la promo en direct sur mes réseaux. Et j’ai plus de following qu’Ardisson.» Imparable, sur ce point. Pour le reste, on soupçonne Booba de ne pas avoir craché sur la force de diffusion des médias généralistes, si friands de polémiques dès lors que «le Duc de Boulogne» (l’un de ses surnoms) orchestrait Du rififi à Paname en compagnie de Rohff, La Fouine, Kaaris, pour ne se rappeler que des plus célèbres «adversaires» du duc. Une surenchère verbale qui prit fin le 21 avril 2014, quand Rohff mena une expédition punitive dans l’une des boutiques écoulant la marque de vêtement de Booba. Un vendeur en porte les séquelles.

«Les clashs sur le Net, c’est pas des vraies bagarres. Moi je suis tranquille, je dors bien la nuit»

«Les clashs sur le Net, c’est pas des vraies bagarres, assure pourtant Booba. Je suis tranquille, je dors bien la nuit.» Rohff beaucoup moins, dont le procès s’est achevé… hier! L’ennemi juré a été condamné à cinq ans d’emprisonnement, une peine plus lourde que les réquisitoires sanctionnant «l’extrême violence de l’attaque». Avant le verdict, le Net bruissait des mêmes rodomontades de cour de récré, fanfaronnades liées au hip-hop que le culte du commentaire a poussé dans le rouge. Qui restera le chef? Jeudi à Globus, les fans de Booba avaient la réponse. Jeunes, 14 ans de moyenne d’âge à vue d’œil, attendant fébrilement une griffe de l’idole sur un bout de papier plutôt que sur l’onéreux parfum.

«C’est un produit de niche, détaille le rappeur. J’ignore si celui qui écoute ma musique pourra ou voudra l’acheter. Franchement, l’important est de faire un bon produit.» Il avait déjà sorti une fragrance en 2014, ainsi qu’un whisky, et compte plusieurs enseignes de vêtements. Le culte de l’ego à faire pâlir d’envie Donald Trump, c’est pour la vitrine. En arrière-boutique, le cash rentre, bien réel. Individualisme roi, entrepreneuriat sans entraves, rejet de l’État, compétition exacerbée… Le rap est définitivement la bande-son du libéralisme économique, et Booba son Bolloré en chef. Il y verrait une flatteuse comparaison. Son parfum, Koeptys, tire ses racines du latin coeptum, signifiant «volonté d’entreprendre».

Créé: 27.10.2017, 18h34

En dates

1976 Naît Elie Yaffa à Boulogne-Billancourt, le 9 décembre.

1994 Débuts dans le hip-hop. Danseur, puis MC sous le nom de Booba, hommage à un cousin (Boubakar) comme à l’ourson du dessin animé.

1995 Premier CD de son duo Lunatic. Première incarcération.

2002 Premier album solo, «Temps mort». Disque d’or.

2003 «La Nouvelle Revue Française» consacre un article à ses textes.

2005 Lance sa marque de vêtements, Ünkut. S’installe à Miami.

2006 Sa mère et son frère sont enlevés par deux hommes réclamant une rançon. La police les arrête sans casse.

2010 Album «américain» produit avec Sean Combs (Puff Daddy).

2012 Succès de l’album Futur et début d’une surenchère verbale avec plusieurs rappeurs français.

2014 Naissance de sa fille. Un garçon suit en 2015.

2017 KoEptYs, nouveau parfum.

Articles en relation

Booba parlera «business» à Harvard

Etats-Unis Le rapeur français devrait se rendre dans la célèbre université pour rencontrer des étudiants du programme d'affaires. Plus...

Le rappeur Booba refoulé par les services d'immigration

Canada Le rappeur français Booba a été refoulé à deux reprises à son arrivée à Montréal en raison d'un incident «remontant à 1998 et qui est inscrit à son casier judiciaire», mais dont on ne connaît pas les détails. Ses spectacles ont été annulés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...