Passer au contenu principal

Bertolt Brecht tend la main

A La Comédie, Joan Mompart monte «L'Opéra de quat'sous» avec Thierry Romanens dans le rôle d'un Peachum porte-parole de Brecht.

Quand la fille du mendiant Peachum, Polly (Charlotte Filou), s'accoquine avec le truand Mackie (François Nadin), leur Lied d'amour fait un pied de nez à «Titanic».
Quand la fille du mendiant Peachum, Polly (Charlotte Filou), s'accoquine avec le truand Mackie (François Nadin), leur Lied d'amour fait un pied de nez à «Titanic».
CAROLE PARODI

Tout le monde est concerné par L’opéra de quat’sous. Quatre-vingt-huit ans après sa création, la bombe artistique née de la collaboration entre Bertolt Brecht et Kurt Weill continue de projeter ses fragments incisifs. Les communicateurs pourraient bien se reconnaître dans les mendiants de la fable, les actionnaires dans ses malfrats. Moyennant quelques transpositions, la portée politique garde son actualité et la forme hybride, tressant dialogues et songs, sa pertinence. Plus encore, les contradictions assumées des raisonnements zèbrent le ciel des simplismes si souvent en gloire aujourd’hui.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.