«Bang!» La BD genevoise dans tous ses états

Exposition «Bang!» met en lumière la scène locale au moment où les Prix Töpffer fêtent leurs 20 ans.

Ibn Al Rabin fait partie de l’exposition «Bang!» Ci-dessus, une illustration parue dans la revue genevoise «Bile Noire» en 1998.

Ibn Al Rabin fait partie de l’exposition «Bang!» Ci-dessus, une illustration parue dans la revue genevoise «Bile Noire» en 1998. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Son titre claque comme une onomatopée: Bang! Derrière ces quatre lettres et ce point d’exclamation se profile une exposition ambitieuse. Retraçant les quarante dernières années de la bande dessinée à Genève, ce rendez-vous, fixé au Commun du Bâtiment d’art contemporain, donne un coup de projecteur bienvenu sur les différents acteurs de la scène locale. Auteurs et éditeurs se côtoient sur deux étages, soit 600 m2, les spécificités de chacun bien mises en avant. Un éclairage à la fois historique et géographique sur quatre décennies de création.

Objectif avoué de ce Bang! tonitruant: faire connaître la richesse d’une bande dessinée genevoise foisonnante, au moment où les prestigieux Prix Töpffer célèbrent leurs 20 ans. «Il existe un vivier d’auteurs très important dans ce canton, que les gens d’ici ne connaissent souvent pas. Cette exposition va ouvrir une porte», assure Berthe Juillerat, coordinatrice du projet.

Quatre générations d’auteurs

Bang! débute en 1977. Que se passe-t-il donc de fondateur cette année-là? «Daniel Ceppi publie son premier album, Le Guêpier, répond Raphaël Oesterlé, cocommissaire de l’exposition. «Il s’agit de la première bande dessinée au sens contemporain d’un auteur genevois depuis Töpffer. Auparavant, il ne s’était publié que des choses très marginales. Différents fanzines avaient bien tenté de créer des vocations, mais sans trouver véritablement de débouchés.» Dans la foulée de Ceppi apparaissent d’autres signatures genevoises d’envergure: Poussin, Aloys, Ab’Aigre. Dans les années 90, une deuxième génération déboule, qui a souvent fait ses premières armes dans les fanzines: Zep bien sûr, mais aussi Tirabosco, Buche, Peeters, Exem, Kalonji, Baladi, Helge Reumann, Ibn Al Rabin, Nicolas Robel, Albertine, Nadia Raviscioni, Isabelle Pralong ou encore Joëlle Isoz. La troisième vague est notamment représentée par Yannis La Macchia, Barbara Meuli et Sacha Goerg. Enfin, Bang! n’oublie pas la quatrième génération, pépinière de jeunes gens sortant des écoles, la HEAD, et le Centre de formation professionnelle arts (CFPA).

Des voix singulières

Existe-t-il une «école genevoise» en matière de bande dessinée? «Pas vraiment, constate Raphaël Oesterlé. Dans la scénographie de l’expo, on n’a pas pu trouver de présentation commune. Les auteurs locaux forment plutôt une somme d’individualités fortes qui coexistent dans un univers assez réduit. Ce sont des voix singulières. Peu d’entre eux jouent le jeu de la série. Ce qui les unit, c’est le même rapport à la narration.» Même constat du côté des éditeurs. Drozophile, B.ü.L.b Comix et Atrabile possèdent chacun leur propre identité.

Mouvement alternatif fort

Pourquoi Genève possède-t-elle autant d’auteurs de bande dessinée? «Il y a eu une conjonction entre une génération talentueuse, l’émergence de structures éditoriales et un mouvement alternatif fort», estime Thomas Bonny, cocommissaire de Bang! «Par ailleurs, culturellement, Genève a toujours accordé de l’importance aux images, notamment à travers les affiches électorales.»

«Bang!» Du 10 déc. au 26 jan. Tlj 11 h-18 h, Commun, Bâtiment d’art contemporain, 28, rue des Bains.

(TDG)

Créé: 05.12.2016, 17h41

Des prix convoités

Nul doute que les débats seront passionnés, ce vendredi, pour désigner les récipiendaires du Prix Töpffer international, du Prix Töpffer Genève et du Prix de la jeune bande dessinée du canton de Genève. Proclamation à 18 h, au Commun. Catherine Meurisse (pour son album La Légèreté), Emmanuel Guibert (Martha et Alan) et Thomas Campi (Macaroni!) sont en lice dans la première catégorie. Chez les Genevois, Peggy Adam (Plus ou moins… l’hiver) est opposée à Sacha Goerg (Nu) et Zep (Un bruit étrange et beau). Nos favoris? Catherine Meurisse et Zep. Pour le Prix de la jeune BD sont sélectionnés Alexandre Bogucka, Louise Ducatillon et Camille Vallotton.
PH.M

Une foule d'événements

Vernie vendredi à 19 h au Mamco, l’exposition Bang! s’accompagne d’une ribambelle d’événements, tant en décembre qu’en janvier prochain. Notre sélection:
Sa 10 déc., 16 h, Bibliothèque de la Jonction: concert dessiné avec Zeina Abirached et le pianiste Stéphane Tsapis. Même lieu, 18 h: concert dessiné avec Charles Berberian et Bastien Lallemant.
Ve 16 déc ., 13 h 30-20 h, salle de conférences du Commun: journée d’études sur la bande dessinée organisée par l’UNIGE.
Je 12 jan ., 17 h, galerie Papiers Gras: vernissage de l’expo Tardi. Ve 13 jan., 20 h, Alhambra: Putain de guerre! Le dernier assaut, spectacle de Tardi et Dominique Grange. Je 19 jan ., 19 h 30, l’Abri: concert dessiné avec Wazem et de jeunes musiciens live. 20 h 30: partition dessinée de Baladi. PH.M

Un livre en complément

Pour l’amateur genevois de BD, c’est un peu l’équivalent de la Bible: Töpffer et Cie, la bande dessinée à Genève 1977-2006 complète et étend le propos de Bang! Loin d’un catalogue documentant l’expo, ce livre de plus de 200 pages analyse notamment les conditions qui ont permis au neuvième art de s’épanouir dans la Cité de Calvin. L’ouvrage envisage aussi la pratique de la BD en lien avec d’autres arts, comme le film d’animation ou le dessin politique. Des auteurs et des éditeurs s’expriment. Bonus: Wazem témoigne en dessins de sa condition de bédéaste.
Un ouvrage de référence pour mieux situer Genève sur la carte de la BD.
PH.M.

Articles en relation

Mince! Gotlib ne nous fera plus rire

Bande dessinée Le créateur de Gai-Luron et de la «Rubrique-à-brac» est mort à 82 ans. Plus...

Dès la rentrée 2017, la BD sera enseignée à Genève

Première Une école supérieure de bande dessinée et d’illustration va être créée au centre de formation professionnelle arts. Zep et Tirabosco s'en félicitent. Plus...

Dr. Zep voyage avec Mr. Titeuf

Exposition A Bâle, le Cartoonmuseum présente toutes les facettes de l’auteur de bande dessinée genevois pour sa première rétrospective en territoire germanophone Plus...

Tintin a une cote d’enfer

Bande dessinée Ces dernières années, les prix autour de l’œuvre d’Hergé ont littéralement explosé. Plus...

Des Bleus revus et corrigés

Bande dessinée Un collectif de 19 auteurs renouvelle l'univers de la série «Les Tuniques Bleues » Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.