Les baleines enchantent

CritiqueTom Tirabosco, Jonas Brülhart et Gabriel Scotti sont très convaincants dans «Toujours nous chérirons votre mémoire», à l'Orangerie.

Tom Tirabosco (à gauche), Jonas Brülhart (au centre) et Gabriel Scotti: trois artistes au diapason.

Tom Tirabosco (à gauche), Jonas Brülhart (au centre) et Gabriel Scotti: trois artistes au diapason. Image: Cédric Legendre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec eux, on plonge au fin fond des océans. On en émerge émerveillé. Terrifié aussi quand Jonas Brülhart raconte le massacre des baleines tout autour du monde, quand Tom Tirabosco l’illustre dans un flot noir noyé de rouge, quand la musique vibrante de Gabriel Scotti enveloppe la scène de l’Orangerie. Ces trois-là sont au diapason dans «Toujours nous chérirons votre mémoire», d’après le livre de Heathcote Williams. Formidable trio pour une création qui tient tout à la fois de la performance théâtrale et du concert dessiné.

Il faut les voir, Tom, Jonas, Gabriel. Et il faut se hâter, car le bouche-à-oreille va rapidement épuiser le quota de places restantes pour ce dernier rendez-vous de la saison à l’Orangerie. Une apothéose qui résulte d’un magma d’eau et d’encre, de paroles scandées et de notes lancinantes. Au cours de cet hommage à la reine des océans, Tirabosco dessine comme on ne l’a jamais vu dessiner. À deux mains parfois, au pastel, à l’aquarelle, au fusain, à la brosse, à grands coups de pinceau. C’est fascinant. Magnifique, chuchote la salle. L’orange et le brun viennent se marier au bleu, l’ébène tutoie l’écarlate. Un bref instant on est chez Rothko, avant que des silhouettes de cachalots ne s’entremêlent sur le papier inondé.

Exploitant les coulures et l’accident graphique, tantôt figuratif, tantôt abstrait, le dessinateur progresse en harmonie avec ses complices. De l’invraisemblable bric-à-brac électronique disposé par Gabriel Scotti naissent des mélopées lancinantes, parfaitement en accord avec le propos. Et quel propos! Les mots de Jonas claquent, interpellent, touchent au cœur. Ils disent la beauté du cétacé autant que l’holocauste marin. Une immersion dans le grand bleu en tout point épatante.

Théâtre de l’Orangerie, jusqu’au 28 sept., 19 h. www.theatreorangerie.ch

Créé: 25.09.2019, 15h05

Articles en relation

Tom Tirabosco donne vie à des baleines éphémères

Théâtre de l’Orangerie Entre performance scénique et concert dessiné, l’auteur genevois crée en direct de grandes fresques au côté du rappeur Jonas et du musicien Gabriel Scotti. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les processus de naturalisation recadrés
Plus...