Après les ténèbres, Valérie Mauriac retrouve la lumière

HumourMiraculée d’un grave accident, l’humoriste genevoise l’a intégré dans son nouveau show.

Au cours d’un sixième spectacle aussi désaltérant qu’un ananas, Valérie Mauriac fait feu de tout bois.

Au cours d’un sixième spectacle aussi désaltérant qu’un ananas, Valérie Mauriac fait feu de tout bois. Image: KARIN BAUZIN/LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle revient de loin, Valérie Mauriac. En mars dernier, alors qu’elle sortait de scène et rentrait chez elle à vélo, une voiture l’a percutée à la place Neuve, sur une piste cyclable. Choc, cris, cabriole. L’humoriste genevoise se retrouve propulsée à cinq mètres de sa bicyclette. «Miracle: je ne me suis rien cassé du tout. En revanche mon vélo, lui, est mort sur le coup!» De son accident, source d’hématomes profonds et d’un symptôme de stress post-traumatique, cette grande brune aux yeux bleus a tiré un sketch, intégré dans son nouveau spectacle, «Post Tenebras Fun».

Résilience et empathie

Après les ténèbres et les cauchemars, retour à la lumière. «Ma façon d’être résiliente, c’est de revisiter les événements et de me les réapproprier de manière joyeuse», explique la comédienne qui, en toutes circonstances, préfère voir le verre à moitié plein, plutôt qu’à demi-vide. «La noirceur du monde est une réalité dont je suis consciente, mais celle-ci en côtoie plein d’autres. Mon empathie prend le dessus sur la morosité.»

Plutôt que de ressasser ses déboires médicaux, Valérie Mauriac a préféré les mettre en scène à travers une ribambelle de personnages, en blouse blanche ou non. Transformé en séquence comique, l’épisode dramatique vécu par la dynamique quadra n’occupe qu’une partie d’un one woman show qui la voit notamment mouliner contre les vœux de bonne année, interviewer Rafael Nadal dans un futur très lointain ou télescoper le temps sur les traces de Jésus Christ, alors que celui-ci s’apprêtait à réserver un repas dans une pizzeria à la veille du Jeudi-Saint.

Née en Lorraine mais installée au bout du lac depuis belle lurette après avoir grandi à Zürich, cette ex-étudiante en littérature médiévale allemande (sic) aime aussi égratigner la ville où elle vit, qu’elle adore. «À Genève, j’aime le brassage de populations, l’accessibilité des gens et la richesse de l’offre culturelle.» Sonnant comme une devise calviniste, mais pas austère pour deux sous, son «Post Tenebras Fun» lui permet de glisser des références au Victoria Hall, au marché de Rive ou à la piscine des Vernets.

Avec son débit à la mitraillette, Valérie Mauriac fait feu de tout bois. Pas d’angoisse de la page blanche chez elle. «Tout me nourrit. Le problème, ce n’est pas de trouver des sources d’inspiration, c’est de trier», assure-t-elle. Décortiqueuse du quotidien, elle a notamment brocardé dans ses précédents spectacles l’administration fiscale cantonale, le trafic en ville, les pistes cyclables et l’aménagement de la place Cornavin. Un humour piquant, jamais méchant. «Je taquine les gens dans la salle en leur affirmant qu’il existe un classement des meilleurs spectateurs. Mais je ne dérape pas dans la férocité. J’ai horreur de ces humoristes qui prennent l’assistance à partie.»

Plus irrévérencieuse

Montée pour la première fois sur scène en 2011, celle qui se définit volontiers comme «humourienne» – plaisante contraction entre humoriste et comédienne – attaque avec «Post Tenebras Fun» son sixième spectacle. Remarque-t-elle une évolution dans ses performances? «J’ai gagné en confiance et en expérience. Je me montre plus irrévérencieuse, plus audacieuse, plus engagée.» Un culot payant? Pas complètement. Valérie Mauriac peine encore à vivre pleinement de son art. Mais constate que la foule des gens qui l’apprécient grandit. «Au début, vous jouez pour vos copains. Par la suite, vous remarquez que vous avez fait des émules lorsque vous ne connaissez plus les spectateurs.» Sur les listes de réservation, les noms qu’elle entrevoit ne lui disent souvent plus rien. Réjouissant…

Valérie Mauriac: «Post Tenebras Fun», du 16 au 18 et du 23 au 25 janvier, 20h30, Les 4 coins, 44, rue de Carouge. Infos: www.valeriemauriac.com. Rés: www.les4coins.ch

Créé: 15.01.2020, 17h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...