Cinq cents œuvres d'art volées à Budapest

HongrieLa police hongroise a annoncé samedi sur son site internet l'ouverture d'une enquête pour le vol de plus de 500 œuvres d'art ayant appartenu à un collectionneur hongrois décédé en 2002.

(Image d'illustration)Parmi les tableaux se trouvent notamment des œuvres de l'Autrichien Gustav Klimt.

(Image d'illustration)Parmi les tableaux se trouvent notamment des œuvres de l'Autrichien Gustav Klimt. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La police a lancé une enquête dans une affaire de vol concernant des œuvres d'art, d'un montant exceptionnel», a expliqué la police. L'évaluation de la valeur des tableaux volés est en cours.

«Les tableaux précieux et les œuvres d'art ont été volés par des inconnus dans l'appartement fermé de Budapest appartenant à ce collectionneur décédé», selon le communiqué. Les vols se sont déroulés entre 2005 et 2013.

Dezsö Kovacs, collectionneur hongrois d'art est décédé en 2002. Les oeuvres de sa collection devaient être réparties entre ses différents héritiers, dans un processus de succession qui n'est pas encore achevé, a précisé la police.

Parmi les tableaux volés se trouvent des œuvres de peintres hongrois comme Laszlo Paál, Pal Szinyei Merse, Karoly Ferenczy, Laszlo Mednyánszky, Lajos Gulácsy et Gyula Derkovits, ou de peintres étrangers comme l'Italien Le Tintoret, le Français Maurice Utrillo et l'Autrichien Gustav Klimt. La police a mis en place plusieurs numéros de téléphone verts pour recueillir des informations et a publié sur l'internet la liste complète des œuvres. (ats/afp/nxp)

Créé: 18.05.2013, 13h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.