Des auteurs romands rencontrent leurs poulains

Tandems littérairesLe projet de parrainage entre auteurs confirmés et jeunes auteurs initié par le Salon du Livre se poursuit. Rencontre avec la nouvelle volée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet Parrains&Poulains est reparti pour un tour de piste. Il y a un an, les tandems littéraires entre écrivains romands confirmés et jeunes auteurs en herbe voyaient le jour. Sous l'impulsion de la présidente du Salon du Livre de Genève et journaliste Isabelle Falconnier, une seconde volée d'auteurs s'est créée. Le but pour les «poulains»? Rencontrer plusieurs fois leur «parrain», «idéalement une fois par mois» précisera Isabelle Falconnier, échanger autour de l'écriture, du métier d'auteur, ou encore se faire relire des textes et profiter de conseils avisés. C'est la journaliste de l'Hebdo qui a concocté les duos, prenant soin de rassembler des auteurs dont les styles pourraient se correspondre. Le point d'orgue de ces rencontres étant une participation, physique et scripturale, au Salon du Livre en mai 2014.

«C'est un cadeau d'être là ce soir»

Les 10 auteurs se sont rencontrés pour la première fois tous ensemble ce mercredi soir à Genève, au café de l'Hôtel de Ville. Bribes de conversations. «...des effusions de sang à la Kill Bill. J'étais dans le train quand j'ai lu ton livre, qu'est-ce que j'ai ri!» s'exclame Corinne Desarzens, s'adressant à son jeune et nouveau poulain Florian Eglin. A côté, Yves Laplace explique à Baptiste Naito qu'avant d'avoir lu son livre, il a déjà été emballé par le projet littéraire: «C'est comme le film de Bron sur Blocher: je ne l'ai pas vu, mais je sais déjà que ce sera intéressant!» Son interlocuteur a déjà lu l'un des livres de son parrain: «J'ai commencé à lire La Réfutation dès que j'ai su - il y a trois semaines - qu'on allait faire un tandem, avec Yves La place. Pour moi, ce projet est extraordinaire. A Yverdon, personne de mon entourage n'écrit. C'est véritablement un cadeau d'être là ce soir, entouré d'autres écrivains.»

Des conseils pratiques

L'écrivain Michel Layaz avoue avoir «hésité» à participer au Parrains&Poulains: «Enseignant à l'Institut littéraire suisse de Bienne, je me disais que j'étais déjà confronté à des jeunes qui apprennent l'écriture littéraire. Mais le rapport est différent ici: ce n'est pas un rapport prof-élève.» L'auteur de Tapis de course se réjouit de donner des conseils pratiques à partir des textes: «On peut perdre beaucoup de temps sur des choses qui n'en valent pas la peine. C'est utile d'avoir un coup de pouce au bon moment pour mieux repartir.» La jeune Manon Lereche, 19 ans, l'écoute avec intérêt. La Nord-vaudoise a déjà un livre à son actif - Peau morte - qui s'est placé pendant plusieurs semaines dans le top 5 des meilleures ventes d'auteurs suisses. Pourtant, elle doute quant à l'avenir. Déçue des études de Lettres à l'Université de Lausanne, elle partira à Paris dans quelques semaines pour tenter sa chance dans le théâtre: «J'ai envie de voir si c'est possible, y aller au culot, et vivre des aventures». Mais elle compte aussi garder un pied dans l'écriture : «Je me réjouis de pouvoir poser pleins de questions sur la façon dont on écrit.»

Dans le cadre du projet Parrains&Poulains, les tandems écriront des textes sur leur expérience qui seront imprimés dans un petit ouvrage, disponible au prochain Salon du Livre.

Créé: 06.11.2013, 23h07

Parrains&Poulains, la volée 2013

Les duos sont composés de Metin Arditi et Silvia Härri («Loin de soi», Campiche, Prix Georges Nicole 2013), Corinne Desarzens et Florian Eglin («Cette malédiction qui ne tombe finalement pas si mal», La Baconnière), Sylviane Dupuis et Pierrine Poget («C’était le mois de taille», Sables), Yves Laplace et Baptiste Naito («Babylone», L’Aire), et enfin Michel Layaz et Manon Lereche («Peau Morte», L’Aire).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...