Le Musée Jenisch lit Courbet entre les traits

ExpositionLe peintre né il y a 200 ans à Ornans et mort en 1877 à La Tour-de-Peilz était aussi un puissant dessinateur. Méconnu, son portfolio est ouvert à Vevey.

«Martin-pêcheur aux ailes déployées» vers 1856, pierre noire, estompe et crayon au graphite (10 x 13,7 cm).

«Martin-pêcheur aux ailes déployées» vers 1856, pierre noire, estompe et crayon au graphite (10 x 13,7 cm). Image: COLLECTION JEAN BONNA, GENÈVE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On le connaissait insurgé, déboulonneur des codes de la peinture académique, comme de la colonne Vendôme lors de l’insurrection de la Commune de Paris – ce qui lui a d’ailleurs valu de mourir en exil à La Tour-de-Peilz en 1877. On savait aussi Gustave Courbet, étendard du réalisme, explorateur sans fard du sexe féminin dans «L’origine du monde» et ennemi farouche des apparences. Mais le peintre qui ne cherchait pas à plaire possédait encore une face cachée.

Oui… Courbet a dessiné. La vie. La nature. Les gens. Mais surtout, le peintre a aimé le dessin pour le dessin! Quand son trait batifole avec un lapin et un hérisson embarqués dans une drôle de danse potagère, il a 11 ans à peine. Et 55 lorsque, dans l’une de ses dernières œuvres graphiques, son trait «sculpte» un Marc-Louis Bovy prêt à surgir de la feuille. Mais il y a quelque chose de plus troublant encore dans cette découverte appuyée par cinquante dessins au Musée Jenisch à Vevey, après une première salve au Musée Courbet à Ornans. Quelque chose qui se noue aussi autour d’une question d’échelle. Prenant parti pour la nature – celle des hommes comme celle du cosmos –, l’artiste a toujours fait les choses en grand, défiant jusqu’aux dimensions de son atelier. Son «Enterrement à Ornans», 3 mètres sur 6, y entrait tout juste alors qu’avec ses 3,6 mètres sur 6 «L’atelier du peintre» en impose même dans l’immensité du Musée d’Orsay.

«L’homme à la pipe» (après 1849), fusain sur papier (45,7 x 35,3 cm). Un dessin rappelant l’huile de 1848. COLLECTION JEAN BONNA, GENÈVE

À Vevey, la puissance – cette ensorceleuse – n’est pas affaire de dimension, elle s’exprime au fusain ou au crayon sur des formats modestes, parfois confidentiels. Oxygénée par des traits veloutés, poudrés. Même sensuels. Si le peintre affirme, s’il soigne l’authenticité de petits veaux crottés et d’arbres débordant de la toile, le dessinateur caresse. Lissant les contours d’un martin-pêcheur les ailes déployées, soignant ceux, presque photographiques, d’une jeune femme pétrie de douceur. Il laisse même une sorte de mélancolie vaporeuse filtrer certaines œuvres, en plus de cette délicate sensation de l’éphémère qui entre dans sa partition lorsque les corps de deux amoureux se fondent dans une «Sieste champêtre».

Les amants dans la campagne» (1847), fusain et craie blanche (42 x 31 cm). Trois ans plus tôt, le peintre réalisait une huile sur le même sujet. COLLECTION PRIVÉE

Des enthousiasmes qui diffèrent

Feuilles de jeunesse, œuvres de la maturité, illustrations commandées par ses amis romanciers, cartons préparatoires ou copies de ses huiles destinées à les faire circuler, les dessins sont longtemps restés dans l’ombre du peintre. La postérité en avait retenu entre 40 et 50, alors que les mêmes 20 tournaient d’une exposition à l’autre, installant la réputation d’un Courbet peintre avant tout! La réalité est autre, rétablie par l’enquête quasi policière d’Anne-Sophie Poirot et Niklaus Manuel Güdel, qui ont pisté son trait dans les musées, les galeries spécialisées et les catalogues de vente aux enchères pour aboutir à un portfolio de 250 pièces, étayé par une publication scientifique. À sa sortie, en février, celui qui est aussi le président de la Société suisse pour l’étude de Gustave Courbet assurait que, si «certains de ces dessins avaient été vus une fois ou deux, d’autres avaient disparu de la circulation, ce qui signifie que, pour une immense partie des œuvres graphiques que nous avons retrouvées et que nous avons pu lui attribuer, il s’agit d’inédits. De pièces inconnues ou oubliées depuis des siècles.»

«Paysage de L’Hérault», (1854/1857), crayon au graphite sur papier (21,5 x 17 cm). COLLECTION PRIVÉE

Certaines sont là, à Vevey. Envoûtantes. Intimistes comme le «Portrait présumé d’Henri Murger», l’auteur des «Scènes de la vie de bohème» extrait des limbes par un fusain profondément humain. Ou inattendues comme le très éthéré «Autoportrait dans un hamac, entouré d’un groupe de six figures». Ou encore sensibles, comme le «Passage du gué», petit trésor de concision romanesque de 16 centimètres sur 10! Courbet joue avec le grain du papier comme avec le geste du dessinateur. Il oscille entre l’élan réaliste et le souffle d’un héritage romantique et s’immerge dans la matière noire du fusain, modulant ses densités pour aller vers l’éclat en gommant, en estompant. Et même en grattant. «La lecture» – peut-être le portrait de Zélie Courbet, la plus jeune sœur de l’artiste – exhale une atmosphère ténébreuse et à la fois délicieusement féminine. «Les amants dans la campagne» fusionnent leurs sentiments dans les vapeurs d’une douce mélancolie.

Mais les enthousiasmes du dessinateur ne s’affirment pas toujours aussi saillants. Et l’exposition veveysanne, mesurée dans sa taille, ne surjoue pas la découverte de Courbet, dessinateur. Elle insiste sur les parentés thématiques entre le peintre et ce dessinateur et incite surtout à prendre le temps de chacune de ces rencontres.

Créé: 02.11.2019, 13h54

Vevey, Musée Jenisch
Jusqu’au 2 fév, du ma au di

www.museejenisch.ch

Un même bicentenaire et deux autres expos

Le peintre et le territoire

L’exposition s’appuie sur une très belle histoire, la découverte d’un Courbet totalement inédit sorti d’un coffre-fort à Zurich pour être légué au Canton du Jura. Authentifié, absous de toutes zones d’ombre sur sa provenance au terme d’une enquête de deux ans, «Le paysage du Jura» était arrivé en 2017 en dépôt au Musée jurassien d’art et d’histoire de Delémont.

Le voilà centre d’intérêt et fondement d’une exposition qui s’intéresse au lien fusionnel unissant l’artiste et son environnement. La nature excitait ses émotions, Gustave Courbet aimait peindre en plein air, posant son chevalet dans sa vallée de la Loue, devant ses sources, ses grottes et ses traits karstiques.

Il aimait appliquer les couleurs au couteau, parfois au doigt, et aux Parisiens comme à la critique persiflant devant ses paysages qu’elle comparait à des «assiettes d’épinards», Courbet le réaliste conseillait d’aller à Ornans: «Allez-y voir et vous reconnaîtrez tous mes tableaux.»


Delémont, Musée jurassien d’art et d’histoire
Jusqu’au 1er mars 2020
Du ma au di (horaires variés)

www.mjah.ch






Courbet-Hodler, une rencontre

Pour sa dernière exposition de l’année du bicentenaire de la naissance de l’enfant du pays, le Musée Courbet à Ornans joue les entremetteurs et scelle un rendez-vous entre Courbet le réaliste (1819-1877) et Hodler (1853-1918), un temps symboliste puis inventeur du parallélisme.

Le titre évoque «une rencontre», il aurait pu parler d’un choc entre deux géants, mais peu importe, l’idée de ce tête-à-tête enthousiasme.

Si Hodler avait 20 ans lorsque Courbet arrive en exil en Suisse, les deux artistes se sont croisés à Genève, ils ont fréquenté les mêmes cercles d’amis, partagé les mêmes idéaux républicains et participé aux mêmes expositions en 1874, 1876 et 1878.

Mais surtout, ils ont bâti leur œuvre autour d’un intérêt pour la nature humaine, les autoportraits et une fascination magnétique pour leur environnement naturel, transmise avec une puissance artistique hors norme.

Piliers autant que tournants dans l’histoire de l’art, en rupture avec les codes esthétiques, tous deux ont servi de déclic pour les générations qui ont suivi.


Ornans, Musée Courbet
Du 30 oct au 6 janv 2020
Tlj sauf ma (9h-12h/14h-17h)

www.musee-courbet.fr

Articles en relation

Courbet se révèle dessinateur 200 ans après sa naissance

Découverte 2019, année de commémoration pour l’artiste d’Ornans, mort à La Tour-de-Peilz, est aussi celle de la révélation d’œuvres inédites. Plus...

Un parcours pour Gustave Courbet le Boéland

La Tour-de-Peilz À l’occasion des 200 ans de sa naissance, l’Exécutif propose sept panneaux et un site internet pour rappeler la période locale de l’artiste français. Plus...

Un Courbet dans les petites annonces: méfiance exigée!

Peinture La mise en vente d’un tableau du maître d’Ornans exige une sévère expertise, comme le rappelle l'Institut Gustave Courbet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections: le PLR impute sa défaite à Maudet
Plus...