Dans la matière et les signes d’Antoni Tàpies

Art contemporainLa galerie Pace présente une série d’œuvres réalisées par le maître catalan durant ses vingt dernières années de création.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un univers frontal, à la puissance presque murale, dont la matière dense se trouve souvent lacérée de cicatrices tragiques et empreinte de symboles très personnels. L’art d’Antoni Tàpies, décédé en 2012 à l’âge de 88 ans, fait déjà partie de l’histoire. Tant l’homme, ardemment engagé pour sa Catalogne natale, que sa peinture, représentée dans les grands musées du monde entier, était déjà révérés de son vivant – le roi Juan Carlos l’a même élevé au rang de marquis en 2010.

Durant près de sept décennies, Antoni Tàpies a développé un vocabulaire visuel singulier formé de signes, de strates et de révoltes, exprimées au cœur de matériaux pauvres comme la terre, la ficelle, le plâtre ou le sable. Inspiré, à ses débuts, par les surréalistes, puis tutoyant tour à tour l’expressionnisme abstrait, l’art informel ou encore l’arte povera, le travail de cet autodidacte résiste à la catégorisation mais est de ceux qui ont marqué le XXe siècle.

Langage cabalistique

La galerie Pace expose jusqu’au 10 janvier 2020 un ensemble d’œuvres réalisées par l’artiste espagnol durant ses vingt dernières années d’activité. Organisé en collaboration avec sa succession, l’accrochage offre une sélection de peintures et de dessins représentatifs des grands thèmes du maître.

Immédiatement, le visiteur se voit confronté à la matière. Elle domine l’essentiel des tableaux, fonctionnant à la manière d’une peau. Usant de terre, de poudre de marbre, mêlées à d’autres composants, Tàpies travaille la masse comme un corps, allant jusqu’à le figurer dans «Cos de material» («Corps de matériel»), traçant une poitrine dans l’agrégat ocre qui couvre le panneau de bois. On sent souvent l’expression d’une gestuelle radicale dans l’application de ces riches substrats ainsi que dans les traits de peinture – «Gest», datant de 2006, évoque une sorte de calligraphie. Cette spontanéité ne s’avère qu’apparente: «Chaque pièce était préparée avec précision, souligne Adeline Drechou, manager de la galerie Pace. Le nombre de croquis préparatoires retrouvés par les enfants du peintre l’atteste.»

Lettres, graffitis, équations, symboles et croix parsèment toiles et papiers. Autant d’éléments d’un langage cabalistique dont l’artiste, sensible à toutes les formes de spiritualité, n’a jamais livré la clé. Les interprétations de ces graphies ne manquent pas: la croix renverrait aux cimetières des guerres, civile ou mondiale, au «t» du patronyme de l’auteur ou au prénom de son épouse chérie, Teresa. Ces signes s’accompagnent aussi bien d’images douloureuses, parties de corps grimaçantes, que d’objets familiers (dans «Colorador y tassa», une petite passoire escorte une tasse pour composer un rébus de la vie quotidienne). Une relative austérité chromatique marque par ailleurs l’ensemble, où règnent le noir, le blanc et le beige.

L’exposition marque le retour à Genève de Tàpies après une longue éclipse. La dernière grande rétrospective que la Suisse lui a accordée s’est tenue au Musée Rath en 1973.

Antoni Tàpies Jusqu’au 10 janvier 2020 chez Pace, 15-17, quai des Bergues. www.pacegallery.com

Créé: 14.11.2019, 17h46

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...