Passer au contenu principal

Enchère record pour un dessin de Zep

Des dessins et des photos d’auteurs réputés adjugés au profit de SOS Méditerranée. Record de la soirée : 5000f pour un dessin de Zep

Ambiance au Cercle des Bains. L’avocat genevois Christian Pirker mène la vente. Les dix-huit lots proposés partiront sous les applaudissements.
Ambiance au Cercle des Bains. L’avocat genevois Christian Pirker mène la vente. Les dix-huit lots proposés partiront sous les applaudissements.
MAGALI GIRARDIN

Adjugé! D’un coup sec, le petit Augustin, 9 ans, abat le marteau qui vient ponctuer la vente d’œuvres d’artistes connus, de Chappatte à Zep en passant par Tom Tirabosco ou les photographes Niels Ackermann et Christian Lutz. Mais c’est bien son père, l’avocat genevois Christian Pirker, qui mène la vente aux enchères organisée au profit de SOS Méditerranée. Ce mercredi soir au Cercle des Bains, il s’agit pour la petite centaine de personnes présentes d’enchérir en faveur de l’association européenne de sauvetage en mer créée en 2015. Avec le bateau «Aquarius», SOS Méditerranée a prêté assistance à plus de 29 500 personnes jusqu’en décembre 2018. Depuis juillet 2019, l’association affrète un nouveau navire, «Ocean Viking».

Du bagout et de l’entregent: Christian Pirker s’y entend pour solliciter la générosité de l’assistance. Dix-huit lots sont proposés, tous partiront sous les applaudissements. Trois dessins de Chappatte s’envolent au double de leur estimation, voire davantage, à 2000 francs et plus. Tom Tirabosco fait très fort avec une planche originale de l’album «Kongo» adjugée à 4500 francs. Le dessinateur syrien Najah Al Bukai voit sa grande fresque stigmatisant les armes et les avions de chasse faire un heureux, à 4800 francs. Quant à Zep, sa petite aquarelle représentant Titeuf tendant une bouée rouge à un canard trouve preneur à 5000 francs, record de la soirée.

«Je suis très émue. On a bien vendu, au-delà de ce que j’imaginais. J’ai senti un bel enthousiasme autour de cette cause», commente Caroline Abu Sa’Da, directrice générale de SOS Méditerranée Suisse. Un enthousiasme partagé par les artistes, présents ou non au Cercle des Bains (voir ci-contre). «Quand nous les avons contactés, ils se sont sentis concernés et ont immédiatement accepté», poursuit notre interlocutrice. «Chacun était libre de donner ce qu’il voulait. L’idée n’était pas de présenter uniquement des œuvres autour de la migration. Certains comme Chappatte avaient des travaux directement liés à cette thématique. Tom Tirabosco et Christian Lutz ont abordé ces sujets au fil de leur œuvre. D’autres ont proposé des pièces qui leur tenaient à cœur. D’une manière générale, il y a une adéquation entre le travail des dessinateurs et des photographes sollicités, et leur engagement personnel. Je crois qu’il ne serait pas évident pour eux de participer à quelque chose qui ne correspond pas à leurs valeurs.»

L’an dernier, deux autres ventes aux enchères, l’une de planches de bande dessinée, l’autre de photos, avaient permis à SOS Méditerranée de récolter à chaque fois 25 000 francs. «On espérait à peu près les mêmes montants au Cercle des Bains.» La vente de mercredi soir dépasse les attentes de Caroline Abu Sa’Da, directrice aux anges. «Ce genre d’événement n’est pas seulement important pour les sommes qu’il génère. Il permet aussi de parler de l’action de SOS Méditerranée. L’idée, c’est de sensibiliser les gens à ce qui se passe.» Mission pleinement accomplie.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.