«En art, le handicap peut être une valeur ajoutée»

FestivalLa semaine prochaine, «Out of the box» invite à porter un regard nouveau sur la création inclusive.

Dans <i>Artificial Things</i>, la Stopgap Dance Company explore la notion de vivre ensemble.

Dans Artificial Things, la Stopgap Dance Company explore la notion de vivre ensemble. Image: Chris Parkes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sortir du cadre. Tel est, en version française, l’objectif du festival Out of the box, Biennale des arts inclusifs, qui aura lieu la semaine prochaine. Et qui proposera des expositions, des pièces de théâtre et des spectacles de danse intégrant des personnes en situation de handicap, mental ou physique.

«Par le biais des arts, nous souhaitons modifier le regard que l’on peut avoir sur le handicap, précise Uma Arnese, coordinatrice de l’événement. Nous voulons mettre en avant le fait que la situation singulière de l’artiste peut être non pas une limitation, mais une valeur ajoutée.»

Directrice artistique de l’association Dansehabile, qui fait se rencontrer des danseurs avec ou sans handicap, Uma Arnese est l’une des quatre fondatrices de la Biennale. Les trois autres, Nicole Reimann, Teresa Maranzano et Florence Terki, représentent respectivement l’espace34, lieu d’exposition sous l’égide de la Fondation Cap Loisirs; mir’arts, qui soutient des artistes mentalement déficients; et ZigZart, qui cherche à rendre la culture accessible aux personnes handicapées.

De Genève au Québec

«Le dialogue que nous entretenons depuis plusieurs années autour du handicap et de la culture, entre nous et avec la Ville de Genève, a débouché sur la création de cette manifestation», raconte Uma Arnese. Chaque association a choisi des productions artistiques à présenter à la Biennale. Des créateurs de Genève, de Suisse romande, de France, mais aussi de bien plus loin, comme l’Angleterre, le Québec ou même le Mozambique!

Le critère de sélection? La qualité, quel que soit le domaine. La compagnie Dansehabile propose par exemple un voyage autour de la figure de Dionysos et la condition féminine. Accessible aux non voyants, le spectacle De quoi tenir jusqu’à l’aube explore la notion de perception. Et Le Commun, dans le Bâtiment d’art contemporain, présente le travail de dix artistes suisses sélectionnés par des professionnels du milieu.

Pour mieux comprendre les propositions, des rencontres, visites et ateliers sont organisés, dont plusieurs spécialement adaptés aux personnes handicapées. Sans oublier une projection de courts-métrages sur l’insertion, réalisés par des élèves du Centre de Formation Professionnelle Arts Appliqués. Et un colloque autour de la danse et la «normalité» au Musée d’ethnographie.

Eviter la stigmatisation

A la veille de cette deuxième édition, la coordinatrice se réjouit du nombre croissant de partenaires locaux, qui accueillent la manifestation à bras ouverts. «L’inscription dans le réseau culturel permet de promouvoir cet art en évitant la stigmatisation.»

N’est-ce pas un peu contradictoire de souhaiter que les personnes handicapées soient intégrées au circuit artistique, tout en organisant une manifestation qui leur est spécifiquement dédiée? «Effectivement, l’objectif à long terme est de n’avoir pas besoin de mettre cette étiquette de handicap, et de présenter ces artistes au même titre que n’importe quel autre, réagit la coordinatrice. Mais dans un premier temps, l’inclusion d’une personne en situation de handicap dans une production artistique demande une adaptation du regard. Il faut habituer le public à ce langage singulier.»

«Out of the box», du lu 1er au di 7 juin à Genève. Programme: www.biennaleoutofthebox.ch (TDG)

Créé: 26.05.2015, 21h44

Articles en relation

«Une vie avec un handicap est digne d’être vécue»

Diagnostic préimplantatoire Le DPI inquiète les défenseurs des handicapés. Interview d’Augusto Cosatti, président d’Insieme Genève. Plus...

Pierre Coucourde: Intégrer le handicap dans la cité

Portrait Pour se ressourcer, le quadragénaire apprécie la marche et la découverte de grandes villes avec ses deux adolescents. Plus...

Une vie dédiée au handicap

Portrait Marie-Christine Traoré-Piccand est sur le point de prendre sa retraite après plus de trente ans d’engagement dans le domaine du handicap. Rencontre. Plus...

Des films joyeux pour séduire des bénévoles

Handicap L’Association genevoise d’intégration sociale a réalisé cinq minifictions pour attirer des volontaires dans le secteur du handicap. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...