À Art Carouge, on flâne de bestiaires en iridescences

Art contemporainSamedi 29 février et dimanche 1er mars, l'association propose ses traditionnels vernissages simultanés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y eut «l’appareil reproducteur» du plasticien Christian Gonzenbach, qui permettait la réalisation de petites statues en argile, ou l’atelier de ferrotypes mené sous tente par le photographe Olivier Jeannin. En effet, Art Carouge envisage la création comme un partage avec son public, et l’édition qui se tient samedi et dimanche ne devait pas faire exception. Mais l’alarme autour du coronavirus aura eu raison de la surprise artistique que l’association regroupant huit galeries et le musée de la Cité sarde réservait aux passants à l’occasion de ses vernissages simultanés. Qu’à cela ne tienne, le programme des expositions s’avère plein de belles promesses.

Python, toucan et grèbe huppé

Le monde animal se taille une belle part dans ce programme varié et généreux. Panthère, python royal, toucan ou sanglier, c’est tout un bestiaire qui investit la galerie Aubert Jansem, avec des œuvres de Gaston Suisse, Paul Jouve ou encore François de Poret. Séries Rares consacre ses murs à une unique créature à plumes, bien connue des ports genevois: le grèbe huppé. Cet oiseau gracieux s’incarne en croquis, gravures et aquarelles grâce à Pierre Baumgart, qui dit être venu inlassablement au bord de l’eau pour le dessiner, dans «une démarche à mi-chemin entre l’art et la science».

Quant au Salon vert, il rend hommage aux plantes délicates et à leurs hôtes ailés, volatiles ou insectes. Sous le pseudonyme de Hipkiss, Alpha et Christopher Mason créent à l’encre argentée et à la mine de plomb des compositions graciles qu’ils inscrivent dans des formats ronds, souvent assemblés verticalement.

Le trait de la Syrienne Mouna Ikhlassy, à laquelle la galerie Ligne Treize voue son espace, s’avère lui aussi fin et précis. Il n’est pas question ici de nature mais de «Villes temporaires». Tout en lignes droites et en quadrillages, ce travail s’inspire des vues aériennes de campements de fortune aux confins des zones de conflits. La beauté presque abstraite de ces cartographies pointe pourtant les exodes forcés de malheureux qui fuient l’horreur de la guerre, contraints de s’agglutiner dans ces cités éphémères et sans âme. Le noir et le blanc ont également la faveur du photographe argentin Diego Ballestrasse, lequel montre «La cuarta pared 2015-2019» – soit le quatrième mur – chez Jörg Brockmann. Plongeant à l’intérieur de clichés de famille, il en explore des détails qui ont échappé au regard: une façon d’ouvrir un nouveau scénario et de se connecter autrement à son passé.

Scintillement des matières

Le scintillement des matières occupe les arcades d’Annick Zufferey, de Marianne Brand et de Nov Gallery. Alors que la première met à l’honneur les bijoux sensibles d’Ami Masamitu, la céramique lustrée constitue le projet de l’exposition collective proposée par la seconde, avec de petites stèles délicieusement iridescentes; la troisième expose le travail du jeune artiste verrier Jonas Noël Niedermann, qui imagine, en mêlant technique ancestrale et approche contemporaine, une conversation entre «artisanat et design». Enfin, il faudra patienter un chouia pour visiter le nouvel accrochage du Musée de Carouge. «Elles, dans l’objectif d’Ernest Piccot 1930-1950», qui replonge dans les codes photographiques du cinéma hollywoodien, ouvrira le 26mars.

Art Carouge Samedi 29 fév. et dimanche 1er mars de 11h à 17h. artcarouge.ch

Créé: 28.02.2020, 18h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...