Passer au contenu principal

Et Antigel a remis le son!

Avec 50 000 entrées, la 8e édition assoit son succès grâce aux concerts et aux fêtes.

Genève le 10 février 2018. «Les foudres du Salève», animation sons et lumières dans les carrières du Salève, samedi 10 février dans le cadre d'Antigel. © Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 10 février 2018. «Les foudres du Salève», animation sons et lumières dans les carrières du Salève, samedi 10 février dans le cadre d'Antigel. © Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 10 février 2018. «Les foudres du Salève», animation sons et lumières dans les carrières du Salève, samedi 10 février dans le cadre d'Antigel. © Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 10 février 2018. «Les foudres du Salève», animation sons et lumières dans les carrières du Salève, samedi 10 février dans le cadre d'Antigel. © Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 10 février 2018. «Les foudres du Salève», animation sons et lumières dans les carrières du Salève, samedi 10 février dans le cadre d'Antigel. © Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 10 février 2018. «Les foudres du Salève», animation sons et lumières dans les carrières du Salève, samedi 10 février dans le cadre d'Antigel. © Steeve Iuncker-Gomez
1 / 12

Antigel, huitième édition, s’est clos samedi sur un bilan réjouissant: avec 50 000 entrées pour une programmation musique, performance et danse (lire ci-dessous) étalée sur trois semaines, le festival stabilise sa fréquentation, réitérant les chiffres de l’an passé. Manifestation transcommunale, également en ce qui concerne ses subventions, Antigel visitait pour la première fois la France voisine. Si l’éclectisme des propositions était de mise cette fois encore, le festival tâchant d’occuper des secteurs aussi variés que le sport – course à pied – ou les balades insolites – impressionnantes carrières du Salève illuminées de nuit –, c’est grâce à deux domaines plus traditionnels que le festival ramène du public. Les concerts, dont il faut révéler la grande qualité. Et les soirées festives du Grand Central, dans les anciens bâtiments CFF de Pont-Rouge.

L’affiche musicale, c’était Jane Birkin, accompagnée d’un orchestre symphonique au Victoria Hall, comme Einstürzende Neubauten, groupe phare du rock industriel des années 1980, à l’Alhambra. L’élégante salle du centre-ville s’impose d’ailleurs comme le site idéal pour accueillir les groupes à la mode. Qualité sonore, excellente visibilité: on y a vu le rappeur Lomepal devant un parterre d’ados et de jeunes adultes, signe que le festival cherche à renouveler son public. Complet, il va sans dire. Puis les phénoménaux Algiers, bombe américaine d’indus mêlé de soul. Du rock poing levé pour une prestation aussi violente que virtuose, basse, batterie, guitare, claviers et samplers appuyant le chant de rage et de velours du charismatique Franklin James Fisher.

Un zeste de Charlotte

Des phénomènes de la musique, Antigel en comptait plus que d’ordinaire cette année. Qu’ils soient esthétiques, ainsi d’Algiers. Ou liés au culte de la personnalité. Voilà donc l’attachante Jane Birkin accompagnée d’un orchestre classique. Émouvante soirée. Puis sa fille Charlotte Gainsbourg à la salle des fêtes du Lignon, samedi dernier pour l’ultime concert du festival. Charlotte, objet d’une adulation qui va au-delà de ses talents de musicienne – assez limités, quoique non dénués de charmes. Charlotte, que le public adore au minimum pour ce qu’elle est, joue au cinéma et dit dans ses interviews. Voire pour ce qu’elle chante. C’est le récent album Rest, alliance de la French touch électronique avec les manières plus sulfureuses de la no wave. C’est aussi ce que la fille de Serge a repris à son papa: ce Lemon Incest que sa mère, Jane, avait évoqué brièvement lors d’un pot-pourri orchestral deux semaines auparavant. Sacrée Charlotte Gainsbourg, dont on apprécie le sens de l’ironie. Et si le prix du billet était le plus cher du festival – 69 francs – la prestation restera dans les mémoires pour avoir été la plus courte – 70 minutes, sans débordements.

Une jeunesse impliquée

Enfin, le festival nous convainc de sa pertinence dans le paysage genevois pour ses soirées festives. Et qui dit fête, dit jeunes adultes. Auquel cas, le Grand Central a joué à plein son rôle d’agrégateur éphémère: 20 000 noceurs dans la place, comme en 2017. Antigel a su rameuter cette jeunesse dansante et bondissante. Également les acteurs de la scène musicale genevoise, le rappeur Slimka, la chanteuse Danitsa, les divers collectifs animant les nuits du bout du lac tels qu’Ozadya et ses DJ «baile funk & trap». Sans oublier le Collectif Nocturne, en charge de la salle du Terreau: deux soirées de concerts dans le cadre du festival. Autant de forces vives parmi lesquelles Antigel trouve de quoi renouveler son équipe organisatrice.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.