Les animaux genevois dévoilent leurs secrets

Vélo-tour Une balade culturelle cycliste invite à dénicher les animaux qui se cachent dans la ville, et à découvrir leur symbolique.

Au cours de la promenade,le cycliste prêtera attention à des détails architecturaux, comme l'aigle représenté sur ce drapeau genevois figurant au pied du mur des Réformateurs.

Au cours de la promenade,le cycliste prêtera attention à des détails architecturaux, comme l'aigle représenté sur ce drapeau genevois figurant au pied du mur des Réformateurs. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des lions, une belette, un aigle, un paon, une sirène… Si l’on y prête attention, on se rend compte que la ville de Genève est envahie d’une foule d’animaux, sculptés dans la pierre ou intégrés dans un dallage. Ce sont ces bestioles qu’une balade culturelle à vélo invite à dénicher, et à mettre en lien avec la riche symbolique présente dans la littérature.

«C’est l’un de mes parcours préférés», confie sa conceptrice, Sita Pottacheruva. Créatrice du concept de cyclolittérature, la guide combine ainsi ses deux passions: la lecture et le vélo. Elle organise régulièrement des promenades thématiques qui permettent aux cyclistes de découvrir le patrimoine culturel romand. Et a même sorti un livre compilant une vingtaine de ses balades.

Pour ce vélo-tour baptisé Le Bestiaire médiéval et la littérature, elle a puisé son inspiration dans les manuscrits médiévaux, souvent décorés de petites bêtes. «De tout temps, l’homme a prêté des caractères humains aux animaux ou a fait déteindre l’animal sur l’homme, explique-t-elle. Mais c’est au Moyen Age que les animaux ont pris la première place et sont véritablement devenus un sujet en soi.»

Parallèles avec l’homme

Chaque étape du circuit donne l’occasion de se pencher sur une espèce particulière. Et de constater que toutes se prêtent à des parallèles avec notre propre comportement. Tel le paon qui se plaint, dans une fable de La Fontaine, de la laideur de son cri à la déesse Junon. Celle-ci le remet à sa place en lui rappelant qu’il a le plus beau des pelages et en menaçant de le lui ôter s’il continue à se lamenter… Toute comparaison avec l’éternelle insatisfaction humaine est bien évidemment volontaire.

L’animal est joliment mis en valeur sur la façade de la Maison des paons, chef-d’œuvre de l’Art nouveau érigé aux Eaux-Vives entre 1902 et 1903. Il fait la roue au-dessus de l’une des entrées, située sur un angle en «pan coupé» de l’immeuble. D’où le jeu de mots entre pan et paon. Juste en face, on trouve d’ailleurs un bâtiment, construit à la même période, orné de figures du dieu Pan…

Autre drôle d’oiseau, incontournable à Genève: l’aigle qui figure sur les armoiries. On peut en admirer une version géante au pied du mur des Réformateurs. Le demi-aigle se réfère au Saint Empire romain germanique, auquel Genève appartenait au Moyen Age. Tout comme le lion, l’aigle est associé à l’autorité, la souveraineté et le pouvoir. A cause des capacités de régénérescence qu’on lui attribue, il représente aussi le Christ ressuscité.

Au fil d’un parcours d’environ deux heures, le cycliste découvrira encore la belette sculptée sur le socle de la statue de Philibert Berthelier, au pied de la Tour de l’Ile. Il partira à la recherche de la sirène à queue bifide représentée sur l’un des chapiteaux de la cathédrale Saint-Pierre. Il admirera la majesté des deux lions qui gardent le monument Brunswick. Il lira des extraits de textes d’Esope, Homère, Pierre de Beauvais et Henry Bauchau. Et s’il désire aller plus loin dans la thématique, une bibliographie est mise à sa disposition.

Redécouvrir sa ville

Le Bestiaire médiéval et la littérature constitue le dixième vélo-tour édité sous forme papier par Pro Vélo Genève, avec le soutien de la Ville. Depuis 2006, l’association cycliste entend ainsi pérenniser certaines des visites guidées culturelles proposées dans le cadre des Samedis du vélo. «Cela permet de découvrir à la fois des aspects méconnus de Genève et les aménagements cyclables existants, car il s’agit toujours d’itinéraires particulièrement sûrs», explique Christine Jeanneret, chargée de projets à Pro Vélo et coordinatrice de l’association.

En quelques coups de pédale, carte dépliante dans la poche, on peut donc aller visiter des lieux de culte ou des jardins urbains, retracer l’histoire du cinéma à Genève, partir sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, sur les traces de Frankenstein ou des écrivaines genevoises. L’année prochaine, on ira à la rencontre du peintre Ferdinand Hodler, à l’occasion des cent ans de sa mort. Une belle manière de regarder sa cité d’un autre œil!

Vélo-tour «Le Bestiaire médiéval et la littérature» Disponible gratuitement à Pro Vélo Genève, bd Carl-Vogt 7, à l’Arcade d’information de la Ville de Genève et sur www.pro-velo-geneve.ch

(TDG)

Créé: 09.08.2017, 16h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...