L'affiche d'Electron, un papillon de nuit ambigu

Cette année, la campagne publicitaire du festival exhibe un lépidoptère joliment poilu. Pourquoi, comment? Analyse

Gros plan sur le papillon de nuit ornant l'affiche du 15e festival Electron, à suivre du 19 au 28 avril.

Gros plan sur le papillon de nuit ornant l'affiche du 15e festival Electron, à suivre du 19 au 28 avril. Image: Buxum

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout poilu, tout mignon, on dirait une peluche à caresser. Mais c’est un papillon! De nuit! L’insecte montre en gros plan ce qu’on voudrait considérer comme une frimousse. Sympathique? Ou effrayant? On sait combien les arthropodes suscitent de réactions dégoûtées…

Voilà l’affiche du 15e Electron, «festival des cultures électroniques», rendez-vous techno, house et Cie dont l’essentiel se déroule la nuit. D’où l’animal. Qui symbolise également la métamorphose vécue cette année par la manifestation genevoise: ses nouvelles dates – non plus un seul mais deux week-ends, du 19 au 28 avril –, sa nouvelle localisation – principalement dans le PAV entre les clubs Audio, Motel Campo et La Gravière –, invitent le public à… papillonner. «On va là où il y a de la lumière», résume Jérôme Soudan, programmateur inspiré.

Le clubber, animal noctambule

Les couleurs, sorte d’aurore boréale déclinant du noir au blanc en passant par le violet sombre et le vert pomme, appartiennent au crépuscule. Signé Buxum, agence de communication installée depuis peu à Genève, le graphisme s’inscrit dans la série de campagnes toujours très imagées dont use le festival depuis ses débuts. On se rappelle d’autres animaux, des lapins dorés, puisque Electron avait l’habitude d’occuper le week-end pascal, un chat noir aussi (ça se passait le vendredi 13). Electron aime également les objets inanimés. Pour son édition 2018, l’équipe envisageait, un temps, de mettre en scène un détergent «nouvelle formule nettoie tout». «Le détournement de pub nous plaisait, mais l’idée était trop terre à terre», analyse Danièle McClellan, responsable de la communication.

Enfin, il s’agissait de rendre hommage au festivalier: le clubber, noctambule par excellence, donc ambigu, voire inquiétant. «Le matin venu, il fait peur même en souriant», note Jérôme Soudan. Cette année, le papillon de nuit est son emblème, qu’il soit ange ou démon.

Créé: 19.04.2018, 17h03

Oeil composé

Un regard vide, dénué d’expression, voire méchant si l’on considère les «sourcils» en V. Du moins selon notre humaine perception, qui se focalise plus volontiers sur le «visage» que les antennes, cet organe sensoriel autrement plus important pour le lépidoptère. Lequel est bigleux, le pauvre.

Identité judiciaire

Nom, dates et lieux. L’affiche d’un festival doit communiquer au public les informations essentielles, inscrites ici sur une pancarte d’identité judiciaire. Référence «badass» adoucie par la typographie, très propre, et la position de la pancarte, de travers, avec les papattes de la bestiole dessus.

En cage

Une grille. Est-ce une cage pour contenir la bête? Celle d’un haut-parleur, rappel du contenu musical du festival. De quoi donner du volume à l’arrière-plan, effet techno S.F. évoquant le film «La mouche». Bzzz…

Net

Une campagne publicitaire se doit de décliner son visuel sur les réseaux sociaux d’Internet. Dans un premier temps, chacun des organisateurs a choisi pour sa photo Facebook l’image d’une espèce particulière de papillon de nuit, suggérant autant d’avatars noctambules.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.