Addio Zeffirelli! Le cinéaste italien a rejoint ce Shakespeare qu’il a honoré

Cinéma Célèbre pour ses adaptations de Shakespeare et ses opéras filmés, le metteur en scène est décédé à 96 ans.

Franco Zeffirelli est beaucoup pleuré en Italie.

Franco Zeffirelli est beaucoup pleuré en Italie. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y eut une époque où le nom de Zeffirelli pesait lourd dans l’escarcelle des productions européennes. Au temps de ses grandes adaptations shakespeariennes qui prenaient des libertés avec des textes d’origine, mais contribuèrent à populariser des œuvres dont la portée universelle avait encore la fâcheuse tendance à stagner dans les manuels scolaires. On pense bien sûr à «La mégère apprivoisée», avec le couple Burton/Taylor, plus dantesque que shakespearien. Puis à ce «Roméo et Juliette» qui révéla Leonard Whiting et Olivia Hussey.

Franco Zeffirelli, qui a rendu son dernier souffle samedi 15 juin à Rome, a souvent été réduit à ces deux titres. Ce qui n’est pas illogique, tant le reste de sa carrière ne fut pas toujours autant digne d’intérêt, malgré la présence de films musicaux, entre autres des opéras filmés, qui suffisent à rehausser l’ensemble.

Assistant de Visconti

Né à Florence le 12 février 1923, Zeffirelli, dont la légende prétend qu’il descendait plus ou moins de Leonard de Vinci, fit ses débuts comme assistant de Visconti. Lorsque l’élève commence à prendre son envol, Visconti le voit mal. Par passion, Zeffirelli se lance alors dans la mise en scène d’opéras. Durant une vingtaine d’années, il travaille ainsi à la Scala de Milan ou au Metropolitan Opera de New York.

Il passe au cinéma en 1967, adaptant cette «Mégère apprivoisée» incarnée par une Liz Taylor déchaînée. Puis s’attelle à des films d’inspiration religieuse: «François et le chemin du soleil» en 1972, et surtout le monumental «Jesus de Nazareth» en 1977, film qui se déclina également comme une mini-série, révélant le nom de Robert Powell dans le rôle-titre. Quelques années plus tard, Zeffirelli, qui n’a jamais caché son attachement politique très à droite, attaquera violemment Scorsese et sa «Dernière tentation du Christ», le qualifiant de «pur produit de la chienlit culturelle juive de LA».

Des échecs en fin de carrière

Les années 80 seront marquées par des adaptations d’opéras. «La Traviata» en 1983, «Otello» en 1986, production Cannon du reste sélectionnée à Cannes en compétition. On peut lui reprocher la lourdeur pompière de ses mises en scène, ainsi qu’une direction de chanteurs un peu stéréotypée, il n’en reste pas moins que le succès est au rendez-vous. Mais l’engouement pour le genre ne dure pas. Son biopic sur «Toscanini» (1988) est un échec cuisant et son adaptation d’«Hamlet» un ratage honorable.

Franco Zeffirelli peine à se renouveler. Ses derniers films coûtent encore très cher, mais sont à peine remarqués. Même «Callas Forever», dans lequel Fanny Ardant prête son visage à la célèbre cantatrice, se plante à sa sortie. L’ère de Zeffirelli est révolue. Aujourd’hui, le monde politique italien et notamment les milieux culturels pleurent un metteur en scène marquant. On rappellera au passage qu’ils ne l’ont pas toujours soutenu. Mais nul n’est prophète en son pays, c’est bien connu.

Ci-dessous, un extrait de son film Romeo e Giulietta (1968):

Créé: 16.06.2019, 19h44

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.