À Lausanne, Johnny est apparu tel un fantôme

CritiqueSosie vocal de Hallyday, Jean-Baptiste Guégan a rendu hommage à son idole vendredi. Troublant.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On l’aimait pour sa gueule, son aura magnétique capable de fédérer un stade. Pour la bête de scène. Mais avant tout, Johnny Hallyday était admiré pour sa voix. C’est en tout cas ce que dit la horde de fans, agglutinée devant la Salle Métropole bien avant l’ouverture des portes, venue acclamer le «sosie vocal» de leur idole, vendredi soir à Lausanne.

Jean-Baptiste Guégan, 36 ans, n’a rien d’un clone de pacotille, d’un pantin peroxydé à la barbe taillée en bouc. Ce qu’il a de Johnny, c’est seulement son timbre de voix, pourtant réputé unique et inimitable. Et c’est déjà beaucoup. Une tessiture vocale naturelle, qu’il a ensuite sculptée pendant 17 ans dans les karaokés de sa Bretagne native, sans jamais en sortir «par respect, pour ne pas déranger l’artiste. On ne touche pas au mythe de son vivant», glisse-t-il timidement en coulisses, une heure avant de fouler les planches.

À la mort de Johnny Hallyday, Jean-Baptiste est contacté par la production du show télévisé «La France a un incroyable talent». Concours qu'il remporte quelques mois plus tard, avant de gagner le cœur des fans du taulier du rock français. Dans la Salle Métropole, on hurle déjà son nom à la tombée des lumières. «Jean-Baptiste», pas «Johnny». Même si c'est la voix du deuxième qu'on attend, réincarnée dans le corps d’un petit brun au veston pailleté, qui apparaît, guitare en main, au milieu de ses musiciens et choristes.

Les premières notes de «Quelque chose de Tennessee» résonnent. La salle retient son souffle, tout le monde veut vérifier: est-ce qu’il l’a tient, cette voix qu’on a vu à la TV? Frissons. La ressemblance est hallucinante, incontestable. L’expérience en devient troublante, voire mystique. Car le fantôme de Johnny semble planer sur Lausanne lorsque Jean-Baptiste termine la chanson a capella.

«Noir c’est noir», «les portes du pénitencier», «Gabrielle», l’hommage est total, complet, la communion naturelle et immédiate entre le prêcheur et ses convaincus. Alors oui, Guégan frôle parfois le mimétisme jusque dans les gestes, et sa voix parlée a pris des graves depuis notre rencontre hors de scène. Mais l’homme ne triche pas. Le souffle, l’articulation, les décrochements de notes, il les maitrise tous, et bien au delà. Le performeur est bluffant sur «Ma gueule» et «Diego», touchant sur «Je te promets» et «Marie», animal sur «L’envie» et le final inévitable «Allumer le feu». Si bien qu’une personne du public vient lui baiser les mains. Habemus Papam.

Créé: 27.05.2019, 10h35

Articles en relation

Jamais mort n’avait fait autant de bruit

Musique Lundi à Paris, le label de Johnny Hallyday a lancé les opérations autour du disque posthume. Récit d’une écoute hors norme. Plus...

Johnny Hallyday ravive le feu pour une dernière fois

Événement Entendu lundi à Paris dans le plus grand secret, le disque posthume du chanteur s’est révélé une expérience troublante et une réussite musicale. Plus...

Johnny, un métier d’avenir

Rencontre L’idole n’est plus. Que deviennent ses sosies? À Compesières, on est allé voir Vincent, alias Johnny Vegas. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...