Zanco fête dix ans à la frontière des genres

Théâtre de rue La compagnie genevoise qui investit l’espace public a célébré son anniversaire en musique et en spectacles

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il se passe de drôles de choses dans le Bois des Mouilles, à Loëx. Des créatures mi-humaines mi-animales, portant d’imposantes cornes, dansent en chœur au son du violoncelle. Un chamois de papier se transforme en une inquiétante bête aux yeux flamboyants. Et un homme se fait attaquer par sa propre ombre, qui renverse alors les rôles.

On ne vit pas là un cauchemar éveillé, mais un aperçu du prochain spectacle de Zanco, Wild Things. La présentation de ces extraits s’inscrivait dans le cadre des 10 ans de la compagnie genevoise, qui ont été célébrés hier. «Nous ne pouvions pas manquer de marquer le coup, a souligné Yuval Dishon, directeur artistique de Zanco, revêtu d’un élégant costume queue-de-pie. Dix ans, c’est plutôt une longue existence pour un théâtre itinérant!»

Sous le dôme transparent, devant une soixantaine de personnes assises sur des bottes de paille, il a rappelé la double origine de Zanco: le spectacle Murmure la rumeur en 2003 et la création d’un cours de danse sur échasses. «Dès le début, comme notre travail se situait entre les domaines de la culture et du social, on ne rentrait jamais dans la bonne case», se souvient-il.

Mélanie Trèves, présidente de l’association, a souligné que la compagnie était restée fidèle pendant toutes ces années à ses principes d’origine, malgré les difficultés rencontrées: investir l’espace public, aller à la rencontre des habitants et proposer un théâtre très physique, pluridisciplinaire mais aussi engagé, notamment contre le racisme. A la fin des discours ne manquaient ni le champagne, ni le gâteau, ni la chanson «Bon anniversaire», jouée par des cornemuses.

Outre l’ébauche du spectacle en cours de création, l’éco-site de Mamajah a accueilli de multiples animations tout au long de la journée. Tandis que le brunch bio et local était pris d’assaut, enfants et adultes participaient à un atelier de danse, s’essayaient aux échasses ou faisaient des tours sur une roue de bois. Des concerts de tambours japonais, de musique de l’Est, d’Amérique latine et du Burkina Faso contribuaient à l’ambiance festive.

Dans des yourtes, on pouvait retrouver à travers des masques, costumes et affiches les différents spectacles de la compagnie, de 2005 à aujourd’hui. Notamment A travers le miroir, déclinaison du conte de Carroll dans les rues de Carouge, et Chantier_Racine, qui s’est tenu sur des chantiers. Et pour la suite, quel sera le programme? «Nous allons continuer à développer des projets originaux, qui explorent la potentialité de lieux inattendus», a déclaré Mélanie Trèves. Le public genevois s’en réjouit déjà…

(TDG)

Créé: 25.09.2016, 20h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...