Un arbre à palabres s’enracine à l’Ariana

DécryptageLe photographe Cédric Bregnard, un artiste épris d’arbres millénaires, a mené à bien une performance participative en marge de l'exposition «Potières d’Afrique».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grand-mère Baobab prend ses aises à l’Ariana et ne fait pas cas du va-et-vient des visiteurs qui découvrent l’exposition «Potières d’Afrique». Elle est dans une autre dimension. Voilà 1700 ans déjà qu’elle est sortie de terre, à Madagascar, où elle a bien prospéré. Et puis un jour, elle a été prise en photo par Cédric Bregnard, un artiste épris d’arbres millénaires. Il en a d’ailleurs fait une série intitulée «Immortels», tant ces grands vénérables le touchent et le fascinent. Revenu chez lui, ce photographe de formation a bidouillé plusieurs prises de vues pour obtenir une image du baobab qui puisse être projetée à l’échelle réelle sur un mur. Un mur, situé au sous-sol de l’Ariana, qui mesure tout de même 9 mètres de large sur 3,5 mètres de hauteur.

C’est là que cet arbre millénaire a repris racine et vie. Une entreprise ambitieuse que Cédric Bregnard a menée à bien lors d’une performance participative qui s’est déroulée le dimanche 18 mars et qui a réuni 55 personnes. Des visiteurs qui n’étaient pas forcément au courant du projet et qui ont été séduits. Plus des gens ou familles qui connaissaient déjà la démarche de l’artiste et souhaitaient participer à l’aventure.

Tous se sont retrouvés avec un pinceau japonais en main face au mur où des ombres projetées leur indiquaient les surfaces à noircir à l’encre de Chine. Ce liquide ne permet pas de tergiverser. Avec lui, il faut se lancer. Oser le geste, avec peut-être un brin de maladresse ou de timidité. Mais ce geste imprimera un mouvement. Le sien. Qui ajouté à celui de tous les autres intervenants finira par former un tout assez formidable, vibrant de vie et rassembleur, comme se doit d’être tout arbre à palabres qui se respecte. Sacrée Grand-mère Baobab.

«Arbre à palabres» Dans le cadre de l’exposition «Potières d’Afrique», Musée Ariana, av. de la Paix 10, jusqu’au 9 septembre

Créé: 05.04.2018, 21h57

Les détails de l’œuvre



On perçoit ici les caractères chinois plusieurs fois répétés, peints à des tailles variées. Selon leur nombre, ils signifient l’arbre, le bois ou la forêt. Chaque peintre du jour l’écrit selon sa maîtrise du pinceau ou du geste.



Avec le pinceau, les intervenants déposent par touches l’encre là où l’ombre est projetée au mur. Ils partent du bord couturé de l’écorce, et chacun se débrouille ensuite, à sa manière, pour assurer la transition jusqu’au blanc. «J’adore les gens qui tremblent, qui lâchent prise lors de la réalisation de cette image, qui redevient une estampe.»



Quand l’encre de Chine, issue de la sève calcinée de l’arbre, coule sur le mur, cela ravit plutôt l’artiste. Cela prouve, si besoin était, que cette matière est d’une grande fluidité, vivante et radicale dans son rendu.



Ce détail en forme d’œil montre bien la texture de l’écorce, avec ces sortes de fistules qui font écho aux formes rondes des belles poteries africaines exposées juste à côté.

Articles en relation

La photo qui fait froid dans le dos à deux mois et demi du Mondial

Football Sur les onze titulaires préférés de Petkovic, très peu sont ceux, actuellement, qui ont le vent du Mondial en poupe. Plus...

Nikos Aliagas verni à Cornavin

La photo du jour Six tirages XXL du polyvalent Greco-Français sont exposées à la gare jusqu'au 21 mars. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections: le PLR impute sa défaite à Maudet
Plus...