Quartz du meilleur documentaire pour le Lausannois Jean-Stéphane Bron avec L’Opéra de Paris

CinémaLe réalisateur vaudois a triomphé vendredi lors de la grand-messe du cinéma suisse.

Jean-Stéphane Bron, champion du documentaire vendredi.

Jean-Stéphane Bron, champion du documentaire vendredi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La grand-messe du cinéma suisse a vu triompher le Lausannois Jean-Stéphane Bron, hier à la Halle 622 de Zurich Oerlikon. Le réalisateur, 48 ans, a été couronné du Quartz du meilleur film documentaire pour L’Opéra de Paris, sa troisième statuette après Le génie helvétique (2004) et Cleveland contre Wall Street (2011). Blue My Mind, de Lisa Brühlmann, a emporté les Quartz de la meilleure fiction, du scénario et de l’interprétation féminine. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a lancé cette 21e édition en interpellant les spectateurs: «Que déclenche en nous le cinéma? Il nous ramène à l’essentiel. À savoir qui nous sommes.»

Si le chef suisse Philippe Jordan révèle une star de l’écran sous le directeur artistique, dans L’Opéra de Paris, Jean-Stéphane Bron capte une Babel humaine dans les coulisses, étoiles ou nettoyeurs. Pour l’auteur de L’expérience Blocher, le sujet gardait une forte teneur politique. Monstre culturel aux 1600 employés et au budget de 200 millions d’euros, l’opéra grouille tel un microcosme social avec ses codes et utopies. «J’avais envie de montrer que le vivre-ensemble est possible. Avec un horizon commun qui est celui du lever de rideau, avec une perspective partagée, le spectacle» note le réalisateur. Basée à Lausanne, sa maison de production Bande à Part connaît décidément une année faste, Ondes de choc, la série télé de Bron et ses complices Ursula Meier, Lionel Baier et Frédéric Mermoud, ayant eu les honneurs du Festival de Berlin. (TDG)

Créé: 23.03.2018, 22h05

Palmarès

Prix d’honneur Georges Schwizgebel

Meilleur documentaire L’Opéra de Paris, de Jean-Stéphane Bron (Bande à Part)

Meilleure fiction Blue My Mind, de Lisa Brühlmann (Tellfilm)

Meilleur scénario Blue My Mind (Lisa Brühlmann)

Meilleure interprétation féminine Luna Welder dans Blue My Mind

Meilleure animation Airport, de Michaela Müller (Schick Prod)

Meilleur court-métrage Facing Mecca, de Jan-Eric Mack

Meilleure interprétation masculine Max Hubacher dans Mario

Meilleur second rôle Jessy Moravec dans Mario

Meilleure musique Die kleine Hexe

Meilleur montage Almost There

Meilleure photographie Köhlernächte

Articles en relation

Aïssa Maïga, un visage qui illumine le FIFDH

Cinéma La comédienne fait partie du jury fiction au festival. Plus...

Gael García Bernal, un retour remarqué à Genève

Cinéma La star est venue pour la deuxième fois au FIFDH défendre une cause qui lui tient à coeur. Plus...

Anup Singh a adopté Genève pour faire du cinéma

Cinéma «The Song of Scorpions», est à l’affiche aujourd’hui. Plus...

L’outsider saisit le cinéma suisse par les cornes

Portrait En suivant des béliers de combat dans l’Algérie de son père, le Lausannois Karim Sayad a secoué les Journées de Soleure. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.