Pierre Lepori change de peau sur les planches

ScèneCritique et spécialiste de théâtre mais également auteur, le journaliste radio tessinois monte son premier spectacle au 2.21.

Pierre Lepori, journaliste, auteur et désormais metteur en scène.

Pierre Lepori, journaliste, auteur et désormais metteur en scène. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Journaliste, poète, écrivain et bientôt metteur en scène. Pierre Lepori (47 ans) s’apprête à adapter sur les planches son premier roman Sans peau (Grisù, en italien). Et à faire le grand saut vers la création, après avoir chroniqué, durant une vingtaine d’années à la radio, la vie théâtrale romande.

Le spectacle dévoilé mardi prochain plonge le public dans le monde mental d’un prisonnier. Samuel (Pierre-Antoine Dubey), jeune pyromane incarcéré et fils de pompiers, tourne en rond dans sa cellule. Aucune visite ne semble le désengluer de son monde d’images et de rêveries. Se mêle alors une deuxième voix, celle de Carlo (Jean-Luc Borgeat) qui a vu sa maison et ses souvenirs balayés par le feu du pyromane. La violence de l’acte a réveillé l’émotionnel. Il lui écrit alors des lettres, entre rage, désarroi et culpabilité paternelle. Sans peau est «une histoire déchirante qui pose la question de la responsabilité, de la faute et du pardon», confie Pierre Lepori. Interview

Pourquoi ce grand saut vers la création?

Tout le monde me pose cette question, mais, en tant que journaliste, je n’ai jamais eu la prétention de penser que je connaissais mieux les choses que les metteurs en scène. Et je ne suis pas dans une démarche où je sens le poids de tout ce que j’ai connu depuis mes débuts. Je vois cette évolution avant tout comme un développement de mon écriture littéraire plutôt qu’une réorientation professionnelle. Je suis simplement en train de recentrer mes priorités. Ecrire a toujours été central pour moi et, avec ce projet, je cherche à aller vers une écriture plus libre et plus fragile, liée à la scène et à la vie qui s’en dégage.

Vous adaptez l’un de vos romans, qui plus est le premier. Difficile de lâcher son bébé, une fois qu’il est créé?

Je ne pense pas. Il s’agit plutôt d’un processus de développement. Il y a dans Sans peau des thèmes qui me sont chers, comme l’homosexualité, le feu ou la filiation, mais il ne s’agit pas du tout d’une histoire autobiographique. Elle m’est proche mais pas plus que cela. Initialement, j’ai publié ce texte en italien avec des références culturelles particulières. Quand je l’ai traduit en français, j’ai abouti à un roman très différent de sa version originale. Aujourd’hui, en me posant des questions liées à la scène, je me retrouve encore une fois à réinventer mon histoire.

Vers quoi ira votre mise en scène?

Il y aura de la vidéo pour faire entendre les différentes voix, car Sans peau est, en fait, un monologue et les deux personnages ne se rencontrent jamais. Mais ma mise en scène cherchera surtout à créer du trouble. Mon texte parle de cela. Et le théâtre est l’un des rares lieux où l’on peut encore douter et faire douter, de la réalité, de ce qui nous définit… Jouer avec le fantomatique et le fantasmatique.

Infos: Lausanne, Théâtre 2.21, du 29 mars au 3 avril. Rés.: 021 311 65 14, www.theatre221.ch (TDG)

Créé: 27.03.2016, 21h04

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.