Les vélos électriques s’attaquent aux sommets

RandonnéeLes e-bike tout terrain mettent les pentes à portée de tous les mollets. Exemple à Champéry.

De nombreux itinéraires accueillent désormais les VTT électriques sur le domaine des Portes du Soleil, comme le Grand 8 entre Morgins et Champéry.

De nombreux itinéraires accueillent désormais les VTT électriques sur le domaine des Portes du Soleil, comme le Grand 8 entre Morgins et Champéry. Image: SYLVAIN COCHARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Scruter le chemin pentu sans en avoir peur. Grimper 700 mètres de dénivelé sans (trop) se fatiguer. Pour un débutant, l’exploit paraissait irréaliste il n’y a pas si longtemps. Si le terrain n’est pas trop accidenté, il se trouve désormais à la portée de quiconque souhaite rouler en montagne, sans pour autant souffrir à cause du manque d’entraînement. Après le boom des petites reines électriques des villes, leurs homologues en version tout-terrain ont connu des progrès techniques conséquents ces deux dernières années. Si bien que l’offre décolle, tout comme la demande. Les Portes du Soleil se sont ainsi dotées de plusieurs circuits pour vélos électriques, dont le tout nouveau Grand 8, entre Morgins et Champéry (lire encadré).

Samuel Carraux, guide sur deux-roues installé à Monthey, est «né sur un vélo». Il propose pour sa part à l’enseigne de sa société Wheelside des balades accompagnées au départ de Champéry, de Morgins ou de Champoussin, avec de plus en plus de demandes pour les modèles électriques. On a testé avec lui une montée qui chemine sur une route en grande partie goudronnée, sous le télésiège du Grand-Paradis jusqu’au plateau de Barme. Soit une quinzaine de kilomètres avec 700 mètres de dénivelé, praticables sans se presser en deux heures ou deux heures et demie, sans les pauses.

La prise en main du vélo se fait facilement malgré sa taille qui peut paraître grande à ceux qui ne sont pas familiers du mountain bike classique (même pour le modèle S). Il suffit ensuite de régler les vitesses et l’assistance en fonction de l’effort souhaité. «En général les gens commencent avec peu d’aide, puis augmentent lorsqu’ils deviennent fatigués», remarque le guide. Le secret consiste à pédaler sans discontinuer, avec régularité. Avec plus ou moins d’aide selon son niveau. Même au plus fort de la pente, on progresse bientôt à 10 km/h sans s’épuiser. L’engin n’a cependant rien d’un vélomoteur, car, si l’on ne pédale pas, il n’avance pas. L’effort est donc au rendez-vous, mais accessible aussi aux mollets peu endurcis. Quant aux plus entraînés, ils peuvent réduire la puissance de l’assistance, et ainsi économiser de la batterie.

Une meilleure autonomie

Même si leur autonomie s’est considérablement améliorée, mieux vaut ne pas devoir pousser un deux-roues qui, avec sa vingtaine de kilos, reste bien plus lourd que les montures normales. «Avec un e-bike en permanence sur l’assistance la plus haute, on peut faire 15 à 20 km. Par contre, avec le mode intermédiaire, mes clients parcourent facilement 40 à 50 km», remarque Blaise Krummenacher, patron du magasin de location de VTT Bikeshop à Champéry.

Sinon, il suffit d’emporter son chargeur. Un peu plus volumineux que celui d’un téléphone, il fonctionne sur le même principe. «On peut sortir la batterie et la recharger dans un restaurant d’alpage», remarque Samuel Carraux. Le guide croit beaucoup à l’avenir de la randonnée en tout-terrain électrique: «Ce type de vélo permet de proposer des tours avec des personnes de différents niveaux.» Excursion en couple, virée entre amis ou même sortie d’entreprise. «Mais aussi de définir de vrais itinéraires pour découvrir la région, car il est possible de couvrir de plus grandes distances.» Le guide agrémente donc volontiers ses tours d’une visite d’alpage ou d’une dégustation de produits du terroir.

Adoptés aussi par les sportifs

Alors que le spécialiste est attablé à une terrasse du plateau de Barme, un touriste suisse alémanique, remarquant son vélo électrique, vient se renseigner sur les chemins à emprunter. «Quand on est en e-bike dans les alpages, il y a toujours des gens qui viennent poser des questions. Ils sont curieux, le regard a changé.» Blaise Krummenacher confirme: «Au début, les sportifs n’en voulaient pas. Aujourd’hui, j’ai des clients qui font du vélo classique et louent un modèle électrique qu’ils règlent sur une assistance moyenne pour parcourir de plus grands territoires. Ce n’est pas réservé aux non-sportifs.»

Si la montée se fait aisément, la descente est devenue aussi plus confortable avec l’apparition toute récente de modèles avec suspension à l’avant et à l’arrière. Les freins aussi se sont améliorés, pour retenir une machine lourde qui file plus rapidement qu’un VTT classique. Une combinaison convaincante qui invite à considérer sans inquiétude un détour par la buvette située 200 mètres en contrebas. Le guide l’avait annoncé: «Remonter prend une dizaine de minutes.» On n’y croyait pas. C’était vrai.


Un Grand 8 avec bornes de recharge entre Morgins et Champéry

«L’an passé, les commerces de la vallée ont doublé voire triplé les locations de vélos électriques», explique Tommy Stefanelli, responsable produits pour le système touristique du val d’Illiez. Un Grand 8 est né cet été pour étoffer l’offre. Le tracé de 50 kilomètres se déploie en forme de double boucle entre Morgins et Champéry. Au départ de l’une ou l’autre station, il est possible d’avaler le trajet en quatre heures, soit en général l’autonomie des modèles actuels avec assistance. Avec les pauses, il faut compter une journée, mais des variantes sont réalisables en une demi-journée. Sur le tracé, trois stations de recharge ont été aménagées à côté de buvettes d’alpage. L’idée est d’aller manger un morceau pendant que la batterie se requinque. Avec un chargeur classique, l’opération prend normalement quatre heures.

Avec ces nouvelles bornes, l’affaire est faite en deux heures. «Mais une heure suffit pour recharger la moitié de la batterie, ce qui est amplement suffisant pour rentrer», précise le responsable. L’itinéraire bénéficie de sa propre signalisation, et peut donc être emprunté sans guide. «Sur 95% du parcours, le trajet se fait sur une route 4×4 à faible dénivelé, même un débutant peut le faire», poursuit-il. Avec cette nouvelle offre, les Portes du Soleil totalisent ainsi 27 circuits pour VTT électriques, sur 350 km de sentiers balisés. Seule limite pour monter sur un tel vélo, mesurer plus de 140 cm. Les plus petits peuvent accompagner en trottinette électrique, mais sur une portion réduite du tracé, car leur autonomie est limitée à une heure.

(TDG)

Créé: 28.07.2017, 21h02

Infos

Samuel Carraux propose notamment en
e-bike une route des fromages ou un parcours combinant vélo et bains de Val-d’Illiez.
www.wheelside.ch

Tarifs à la baisse

L’offre s’est démocratisée aussi parce que les prix ont baissé, et de plus en plus de marques s’y sont mises. Pour un bon VTT électrique avec suspensions avant et arrière et freins performants, compter tout de même 4000 fr. Il en existe toutefois à des prix plus élevés, où l’interface du vélo est connectée en Bluetooth avec une application pour smartphone. Parmi les évolutions pour l’an prochain, Blaise Krummenacher annonce des modèles avec un changement de vitesses également électrique.
A la location, les commerces du val d’Illiez, par exemple, les proposent à 60 fr. la journée et 40 fr. la demi-journée.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...