L’architecte Bruno Giacometti est mort dans sa 105e?année

MÉCÉNAT L’homme a peu marqué par sa création. La mémoire d’Alberto Giacometti, son frère aîné, lui doit beaucoup. Bruno avait énormément donné d’œuvres de lui à Zurich.

Bruno Giacometti en 1968.

Bruno Giacometti en 1968. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il était le gardien de la mémoire familiale, sans se vouloir pour autant le gardien du Temple. Bruno Giacometti vient de mourir chez lui, à Zollikon, dans le canton de Zurich. Il était dans sa 105e?année, puisque le Grison avait vu le jour là Stampa e 27 août 1907.

Bruno était le cadet du peintre Giovanni et de son autoritaire épouse Annetta. Quand il avait fallu lui trouver un parrain, le couple l’avait cherché à Genève. Il s’agissait de Ferdinand Hodler, qui mourra en 1918. Bruno pouvait ainsi se situer dans une sorte de «famille royale». Alberto, enfant prodige, était né en 1901. Parrain: Cuno Amiet. Diego, qui se sera longtemps voulu l’ombre de son aîné, était l’avait suivi en 1902. Les trois frères ont une sœur, Ottilia, morte en couches. Ce sera la seule à poursuivre la lignée, même si c’est sous le nom de Berthoud. Leur cousin est enfin le grand peintre Augusto Giacometti.

Pavillon suisse à Venise

Les rapports familiaux sont moins idylliques que ne le veut la légende dorée. A 102?ans, Bruno tiendra du reste à rectifier le tir. Il publiera alors, en allemand, son livre «Bruno Giacometti errinert sich» (Bruno Giacometti se souvient). Formé au «Poly» de Zurich, le jeune homme commence par travailler dans un bureau d’architecte. Sous les ordres de Karl Egender, il réalise notamment un pavillon conique pour l’exposition nationale de 1939, la «Landi».

En 1940, l’homme ouvre son bureau, Proche du peintre Max Bill, il imagine du coup des scénographies d’expositions pour le Kunsthaus de Zurich. Un musée dont il restera toujours très proche. En 1952, il se voit choisi comme auteur pour le pavillon suisse de la biennale de Venise, utilisé depuis lors. Son œuvre de bâtisseur reste cependant assez modeste. Citons le Musée d’histoire naturelle de Coire ou la Clinique d’épilepsie à Zurich.

Une riche fondation

Alberto Giacometti meurt en 1966. Ses sculptures ne valent alors pas grand-chose sur le plan commercial. Bruno participera à la constitution de la Fondation Giacometti suisse, créée avec des fonds privés, après refus d’achat par Zurich de pièces essentielles chez un collectionneur américain. Après la mort de Diego, alors que la cote monte, Bruno doit s’entendre avec la Genevoise Annette Arm, veuve du sculpteur. Une femme qui, selon lui, a toujours engendré des tensions.

On sait qu’il existe aujourd’hui deux fondations Giacometti, la suisse et la française, créée après le décès d’Annette. Bruno et sa femme, restés sans enfants, ont fait don à la première d’un nombre impressionnant d’œuvres, dont les magnifiques plâtres provenant de la succession d’Alberto. Ils sont conservés par le Kunsthaus de Zurich. La Fondation française développait alors déjà des buts hégémoniques. Elle entendait ainsi trier le bon grain de ce qu’elle estimait l’ivraie. Mais où se situe le faux en matière de bronzes, qui sont des multiples…

La Fondation française peut désormais régner sans partage.

(TDG)

Créé: 22.03.2012, 10h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...