Fabrice Luchini bredouille la langue de «L’homme pressé»

CinémaEn général, dès qu’il l’ouvre, l’acteur s’identifie par son phrasé sophistiqué. Pas ici.

Atteint d’asphasie, un homme pressé (Fabrice Luchini) réapprend à parler et à vivre avec une orthophoniste (Leïla Bekhti).


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fabrice Luchini, 67 ans, a taillé sa voie dans le spectacle du bout de ses cordes vocales. Les pupilles en boules de loto affolées, la bave menaçant aux commissures des lèvres, le marathonien du verbe se voit quasi castré de ce talent dans «Un homme pressé». Et c’est la très bonne idée du réalisateur Hervé Mimran, auteur à la tchatche remarquée pour «Tout ce qui brille».

Son homme pressé existe, du moins le film s’inspire-t-il librement des «Mémoires » de Christian Streiff, ancien patron d’Airbus et de PSA qui, à force de stress, s’effondra suite à un accident vasculaire cérébral. Son univers de businessman hyperconnecté au monde vacille alors. Privé du langage, viré des affaires, ce capitaine d’industrie coriace, obsédé par les marchés mais négligent avec ses proches, va réapprendre les basiques. Et pas seulement le langage avec une orthophoniste jouée par Leïla Bekhti.

Humour par le langage

Luchini réussit à créer une empathie bienveillante pour ce bourgeois a priori odieux. Sans cabotiner dans les jeux de mots créés par l’inversion involontaire de syllabes, le comédien insuffle un comique «oulipien» dans le drame. Du «Comment baillez-vous?» pour «Comment allez-vous?» en «galope» et «salope», les dialogues n’abusent pas des couacs provoqués par l’AVC. Bientôt, la comédie d’Hervé Mimran progresse, comme son aphasique, vers une rédemption des plus prévisibles qui prendra même le chemin de Compostelle.

Sans doute trop euphorisant pour prétendre au réalisme, la rédemption force la sympathie malgré son trait caricatural. Ce conte à l’eau de rose a le mérite de faire parler d’aphasie qui frappe un tiers des 20'000 victimes d’AVC en Suisse chaque année. Tout en jugulant la logorrhée luchinienne.

Créé: 12.11.2018, 17h32

Le film

Comédie (Fr., 12/12, 100’)

Cote: *

Séances suivies de débats avec des logopédistes à:
- Vevey (Rex), jeudi 15, 18h
- Lausanne (Galeries), lundi 26, 18h
- Yverdon (Bel-Air), mardi 27, 18h15
- Morges (Odéon), jeudi 29, 18h30.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...