A 80 ans, le Journal de Mickey plaît toujours

LivreLe Journal de Mickey souffle en octobre ses 80 bougies. Malgré la concurrence des produits électroniques, les jeunes continuent de s'abonner.

En 2013, le Journal de Mickey s'est vendu en moyenne à 120'600 exemplaires.

En 2013, le Journal de Mickey s'est vendu en moyenne à 120'600 exemplaires. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Du journal papier de huit pages au news magazine, le Journal de Mickey, doyen de la presse jeunesse en France, célèbre en octobre ses 80 ans en position de titre phare de la presse pour enfants. Le 15 octobre, un numéro collector de 100 pages retracera l'histoire de l'hebdomadaire créé par Paul Winkler, journaliste et fondateur de l'agence de presse Opera Mundi, qui avait su convaincre Walt Disney lors de son passage en Europe en 1929.

En 2013, le Journal de Mickey, qui vise surtout les 8-12 ans, s'est vendu en moyenne à 120'600 exemplaires. «Le titre est rentable», assure Anne-Marie Labiny, directrice générale du magazine.

Sans vrai concurrent papier - l'hebdomadaire Spirou est plus axé sur la BD et s'adresse à un public plus âgé -, le magazine, leader des hebdos jeunesse, a toutefois vu ses ventes baisser de 12% depuis 2010, bien loin des 635.000 exemplaires atteints dans les années 1950.

Concurrence avec le digital

Ses rivaux d'aujoud'hui sont les écrans: les 7-12 ans passent chaque semaine 5 heures sur internet, presque 10 heures devant la télé et presque 5 heures à jouer à des jeux vidéo, selon Ipsos.

Le 21 octobre 1934, lorsque Paul Winkler lance le Journal de Mickey six ans après la création de la célèbre souris, la formule séduit immédiatement. «Le premier numéro s'est écoulé à 450.000 exemplaires», rappelle Édith Rieubon, rédactrice en chef du Journal de Mickey.

«A l'époque, c'était vraiment novateur. Pour la première fois en France, toutes les BD étaient à bulles, et non plus avec le texte sous l'image», explique Jean-Paul Jennequin, traducteur et spécialiste de bandes dessinées.

Jeux et BD

Paul Winkler veut en faire un journal lisible par toute la famille. Il intègre dès le premier numéro des pages de jeux et d'information, en plus des bandes dessinées.

«La formule a été largement imitée pendant l'entre-deux-guerres», souligne Jean-Paul Jennequin. Le Journal de Mickey paraît jusqu'au 18 juin 1940. Stoppé faute de papier, il reparaît ensuite en zone libre, puis s'arrête à nouveau.

Il reprend en 1952, modernisé et sur 16 pages où arrivent Picsou, les Rapetou et Géo Trouvetou. Dans les années 1960, de nouveaux personnages font leur entrée, comme Thierry la Fronde ou Mandrake, adaptés des séries télévisées éponymes.

«En voiture, en avion, en navette spatiale, Mickey a su s'adapter au temps présent. C'est une de ses forces», relève Patrick Eveno, historien de la presse. Les personnages adoptent les modes vestimentaires, les nouvelles technologies. Le graphisme évolue.

Quand, en 1972, le mercredi devient jour de congé pour les écoliers à la place du jeudi, le Journal de Mickey avance sa publication d'un jour.

Le journal, qui à l'origine publie des bandes dessinées américaines traduites, met également l'accent sur les créations spéciales. La série «Mickey à travers les siècles» est publiée dans l'hebdomadaire de 1952 à 1978.

«En parallèle, le Journal a fait des petits. Il a essaimé au fil des décennies», note Édith Rieubon.

Mickey Parade en 1966, Picsou Magazine en 1972 et Super Picsou Géant en 1977: le Journal de Mickey se retrouve au centre d'un groupe de magazines, devenu Disney Hachette Presse, filiale à 50/50 du groupe Disney et d'Hachette (groupe Lagardère).

«Dans les années 1990, le Journal de Mickey est devenu un véritable news magazine», explique Jean-Paul Jennequin. Sur les 64 pages de l'hebdomadaire, vendu deux euros, une trentaine sont consacrées aux jeux, aux reportages et aux programmes télé.

«Aujourd'hui, on en arrive à un magazine qu'on a lu de génération en génération. Et si le Journal de Mickey qu'achètent les parents n'est plus le même que celui qu'ils ont lu enfants, il reste intemporel», résume Jean-Paul Jennequin.

rba/pjl/cj

(afp/nxp)

Créé: 19.09.2014, 15h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Article audio

Le Matin Dimanche
Polémique: les fast-foods débarquent dans les écoles suisses. Un bon plan pour les étudiants fauchés? Et leur santé alors? Ecoutez l'article!

Les plus partagés Culture

Caricatures

Donald à l'ONU
Plus...