A 62 ans, Martine se modernise… un peu

Livres jeunesseLes aventures de la célèbre brunette ont été remis au goût du jour, gommant, en partie seulement, les stéréotypes de genre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Martine porte bien ses 62 ans. Sur les illustrations délicieusement vintage de Marcel Marlier, elle n’a pas pris une ride. Les textes accompagnant les aventures de la jeune héroïne, par contre, fleurent bon une époque révolue. Rôles stéréotypés, explications à rallonge ou intonations moralistes risquent de laisser perplexes les petits lecteurs d’aujourd’hui.

Avec leurs couvertures multiparodiées (voir la galerie ci-dessous), les Martine font sourire instantanément les adultes. L’héroïne plaît pourtant toujours aux plus jeunes, surtout aux filles de 4 à 9 ans. Il se vend chaque année 1 million de ses aventures en France, plaçant le personnage au sixième rang dans l’univers des héros jeunesse.

Cependant, depuis le décès du dessinateur Marcel Marlier, en 2011, aucun nouveau titre n’est sorti. La maison d’édition a donc décidé de donner un coup de jeune aux livres existants. Pas une mèche des cheveux de la brunette n’a bougé, mais les textes ont complètement changé. Ils ont été raccourcis et modernisés. «Nous voulions faire redécouvrir Martine à une génération d’enfants de 2016 qui pouvaient se retrouver en décalage avec les textes d’origine», note Céline Charvet, responsable du département jeunesse chez Casterman.

Vingt albums reliftés sont déjà en rayon, et les autres seront retravaillés d’ici à janvier 2017. Révolution: dans les nouvelles versions, le chien Patapouf ne parle plus. «Ça nous semblait suranné», remarque la responsable. Les envolées didactiques ont aussi diminué. Ainsi, dans Martine fait la cuisine, toutes les recettes ont disparu. «A l’époque, ça avait du sens car il n’y avait pas beaucoup d’ouvrages pour les enfants. Nous avons voulu gommer le côté livre de cuisine déguisé pour créer une vraie histoire.»

Autre siècle, autres principes éducatifs

Effacés aussi les encouragements à se dépasser et les commentaires un brin moralisateurs. Exit, dans Martine petit rat de l’opéra, cette injonction à surpasser les autres: «Les premières leçons ne furent pas faciles du tout pour Martine. Mais à présent, elle est la meilleure de la classe.» A la fin de Martine au zoo, l’ancien album concluait: «Il faudra revenir une autre fois, ce qui prouve qu’on n’a jamais fini de s’instruire.» En 2016, la fillette et son petit frère, Jean, quittent le parc animalier car leur mère les attend à la sortie. Au début du même album, la maman a déjà fait une première apparition pour acheter les billets d’entrée. Rien de tout cela dans le texte original. Car, dans le monde d’antan, Martine vivait des aventures sans aucun contrôle parental. Ainsi, dans Martine en voyage, l’aînée et son cadet passent une nuit dehors, et leur mère se montre à peine inquiète. Dans la nouvelle version, l’aventure a été transformée en rêve.

Il a été plus difficile, par contre, de sortir des stéréotypes de genre induits par les dessins. Dans Martine fête son anniversaire, on voit toujours la petite héroïne se faire belle alors que Jean sort ses outils pour construire un stand de jeu. «Pour ne pas toucher aux illustrations tout en finesse de Marcel Marlier, nous avons adapté les textes dans la mesure du possible.» Ainsi, au détour des albums, on aperçoit Jean qui fait la vaisselle ou, en classe, une activité de découverte du tricot pour filles et garçons. De même, lorsque Martine se rêve en danseuse étoile, elle n’attend plus l’arrivée du prince charmant.

Le tourne-disque de Maman

Autre adaptation nécessaire, les objets d’un autre temps, tels un tourne-disque ou un antique casque à sécher les cheveux, trouvent une explication logique à leur présence: ils ont été prêtés par la maman. Car si Martine a mis un pied dans le XXIe siècle, la dynamique petite fille vit toujours dans un monde sans ordinateurs, une bulle de tranquillité intemporelle que l’éditeur n’a pas voulu casser. Tout comme le regard toujours enthousiaste et bienveillant que la brunette porte sur le monde qu’elle découvre.

Cliquez ici pour créer votre propre couverture de Martine

Créé: 13.05.2016, 08h26

Evolution

De 1954 à 2010, Martine a vécu soixante aventures, vendues à 150 millions d’exemplaires, 110 millions en français et 40 millions en langues étrangères. L’œuvre, née en Belgique chez Casterman, a essaimé dans quinze pays, dont la Chine, la Corée, la Russie ou l’Inde. La petite fille a pris vie sous le pinceau de Marcel Marlier et la plume du scénariste Gilbert Delahaye. Leur collaboration a duré quarante ans, jusqu’à la mort du second en 1977. Le fils de Marcel Marlier, Jean-Louis, s’est ensuite chargé de l’écriture des histoires jusqu’en 2010.

En 1954 sortent «Martine à la ferme», puis «Martine en voyage» . L’héroïne déclenche tout de suite la sympathie. Dès le troisième album, «Martine à la mer», apparaît le chien Patapouf.

L’héroïne multiplie ensuite les aventures, tandis que son look évolue aussi. Dès 1977, suite à des critiques, elle troque sa jupette ultracourte contre des pantalons. La réédition des albums des années 50 à 70 reprend cependant les dessins originaux, dévoilant les culottes blanches de l’héroïne. Pour la couverture de «Martine au zoo» cependant, la fillette est plus habillée qu’en tête de l’édition imprimée en 1969.

Les couvertures de 2016 adoptent par ailleurs un design plus sobre, avec une Martine détourée pour souligner son statut d’héroïne. Enfin, certains titres ont même changé de nom. «Martine petite maman» est devenue «Martine garde son petit frère» , «L’arche de Noé» a fait place à «L’arche des animaux» pour être mieux comprise des petits lecteurs d’aujourd’hui. Ou encore, Martine et son désuet «chien du tonnerre» s’est transformé en «Martine et un drôle de chien». (voir les différentes couvertures sur la galerie photos ci-dessus).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.