Pour ses 60 ans, le Crève-Cœur s’offre un coup de jeune. Et s’arrache un pivot!

ThéâtreSon bébé dans les bras, Aline Gampert a dévoilé lundi l’écrin rénové que sa famille se transmet de génération en génération.

La petite salle colognote a fait peau neuve cet été. D’ouverte sur deux côtés, la scène est devenue frontale. Sans sa vis!

La petite salle colognote a fait peau neuve cet été. D’ouverte sur deux côtés, la scène est devenue frontale. Sans sa vis! Image: ANTOINE CHAPEL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quoi? On nous aurait ravi la vis de pressoir jusqu’ici fichée au beau milieu du plateau? Subtilisé ce fondement même de la légende, de l’âme du Crève-Cœur? Que les habitués se rassurent. La vis se dresse toujours, non plus à l’intérieur mais devant le petit théâtre de Cologny, sur le trottoir chemin de Ruth, réponse miniature au jet d’eau en contrebas.

Depuis l’ouverture de l’une des plus vieilles scènes du canton par Raymonde Gampert, le 21 février 1959, il a fallu aux artistes bien des contorsions pour l’intégrer aux spectacles, ce reliquat imposant de la machine qui a préexisté au théâtre. Soixante ans plus tard, après que le bijou de famille a été transmis en 1990 de mère en fils – le comédien et musicien Bénédict Gampert, associé à sa femme Anne Vaucher –, puis, suite au décès du père, de mère en fille en 2013, voici que cette dernière, Aline Gampert, à son tour maman de deux fillettes prédestinées à poursuivre la saga, vient d’entreprendre les travaux qui s’imposaient.

Sous la supervision du bureau d’architectes Atelier Balan Semadeni, les ouvriers se sont démenés tout l’été en vue de l’inauguration ce mois d’octobre. Casser le granit, arracher sa tige centrale, réorganiser l’agencement des gradins, badigeonner les murs de rouge sang de bœuf, ils s’en sont acquittés pour un résultat impeccable, qui fera à coup sûr le confort du public. Le jeune Antoine Chapel a même immortalisé la mue en une vidéo trop soignée pour ne servir que d’archive.

La reconfiguration des 60 fauteuils face à une scène désormais frontale dégage un espace rationalisé, qui gagne légèrement en hauteur, et surtout qui respecte désormais les normes. Clin d’œil superstitieux à la fameuse protubérance métallique: une version réduite trône sur le rebord d’une fenêtre en fond de scène…

Les genoux découverts par une minijupe, sa benjamine Vicky calfeutrée contre son ventre, la directrice de 39 ans présentait lundi la saison qui débute dans cet écrin rénové. En dérogeant à peine aux habitudes, on y proposera, outre les trois Brunches annuels qu’anime Anne Vaucher, trois créations et deux accueils (au lieu de 4 + 1). Le premier de ceux-ci, «Molière-Montfaucon 1-1» convoque en décembre l’humoriste jurassien Lionel Frésard à raconter son propre itinéraire vers l’art dramatique dans une mise en scène de Thierry Romanens. «Joli foutoir», programmé en mai 2019, verra quant à lui le trio féminin Les Muskatnuss interpréter autour d’un caddie symbole de surconsommation des chansons reprises de Brassens, Juliette, Sarcloret ou autre Marie-Paule Belle.

Dès ce 30 octobre, Benjamin Knobil ravivera pour commencer une opérette méconnue de Jacques Offenbach, «Les trois Baisers du diable». Cette création sera suivie en janvier par la comédie grinçante de Woody Allen, «Central Park West», qui démêlera sous l’impulsion de Didier Carrier l’adultère dont une psychanalyste fait les frais: «On rit pendant, on a la nausée après», prévient le metteur en scène. La fourmillante Camille Giacobino, pouliche de l’écurie colognote, signera, elle, un très attendu «Hamlet Circus» entre mars et avril. L’occasion de bousculer le mythe, avec Frédéric Polier et Alexandra Tiedemann pour se répartir les rôles du Prince du Danemark, de la malheureuse Ophélie, et de la nuisible reine Gertrude.

«Les trois Baisers du diable» Théâtre Le Crève-Cœur, du 30 oct. au 25 nov, 022 786 86 00, www.lecrevecoeur.ch

Créé: 16.10.2018, 17h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.